Je me souviens avoir pensé, lors du grand concert de retrouvailles de Groovy Aardvark aux FrancoFolies l’été passé, que la place du band rock francophone avait pas mal été laissée vacante depuis les beaux jours de la bande à Vincent Peake. On a peut-être des successeurs dignes de ce nom chez Rouge Pompier… qui « name droppent » d’ailleurs le leader de Groovy dès les premiers vers.

Le duo du quartier Griffintown de Montréal a publié un premier album distribué par DEP, qui frappe comme une tonne de briques. Certes, Groovy a mis la barre haute, mais il y a du potentiel chez ce band. D’abord, il y a Jessy Fuchs, ex-eXterio, au chant. Presque aussi impétueux que Peake, il a la touche pour lancer des mots qui sonnent et qui expriment vraiment quelque chose. Sur la pièce Paquet d’choses, il raconte sous un lourd riff sale et puissant « Le temps est long long / Quand ton appart c’t’un appart de marde / Le temps est long » (voir le clip ci-dessous), puis plus loin le même concept avec la route qui est trop pénible quand on roule dans une poubelle. On comprend tout de suite le propos, la frustration, la hargne. Sur cette même pièce, les harmonies vocales agrémentent bien la finale.

 

Sur les quatre premiers morceaux, les guitares de Fuchs sont à fond, et la section rythmique, par un certain Alex Pompier, ne lève pas le pied. Ce n’est qu’avec Ver de terre que Rouge Pompier dévie vers l’humour et la machisme pince-sans-rire. Sympathique, mais moins bétonné. Dédompter ton chien est quant à elle franchement drôle: 57 secondes où l’on affirme fièrement avoir donné du lousse à la laisse du cabot, le tout truffé d’harmonies vocales, chœurs, canons, rappelant les beaux jours de Zébulon, avec (beaucoup) plus de muscle.

Dommage que certains titres soient plus légers, comme Paul, qui datent probablement des jours de bars de la formation. Ça mine un tantinet le sérieux et la hargne des pièces du début de l’album, mais comme ça a été bien fait, on passera l’éponge. Probablement des chansons précieuses pour les fans des débuts, qui ont passé de bons temps sur ces morceaux, au Dag’ ou ailleurs.

Bref, voilà un disque qui plaira aux amateurs de guitare bien distorsionnée (voir Bled) et au rock à tendance hardcore légèrement shoegaze par moments. Depuis que Groovy ne produit plus d’albums, on s’en ennuyait!

rouge-pompier album

ROUGE POMPIER
Kevin Bacon
(Slam Disques, 2012)
Lien vers achat en ligne (iTunes)

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.