L’artiste Annie Clark, mieux connue sous le nom St. Vincent, est maintenant devenue une artiste majeure. Une incontournable. Son nouvel album « St. Vincent », lancé le 25 février dernier, la place sans complexe au même niveau que les Björk, Fiona Apple, Tori Amos et même PJ Harvey de ce monde. C’est-à-dire parmi ces auteures-compositrices-interprètes de grand talent, capables non seulement de produire de l’excellente musique (Prince Johnny) mais également de l’élever dans un concept artistique innovateur, tout en demeurant investies personnellement dans leur œuvre.

Quiconque a déjà assisté à un concert de St. Vincent sait à quel point cette musicienne est extraordinaire et captivante! J’ai eu la chance de la voir à deux reprises : en solo au Corona en 2011 et l’année suivante dans la magnifique église St-Jean-Baptiste, avec David Byrne, dans le cadre de Pop Montréal) pour promouvoir leur projet commun, le déjanté « Love This Giant ».

Guitariste talentueuse, chanteuse hors pair, elle habite complètement la scène, bougeant comme si son corps était mû par une force provenant d’un autre monde. Elle semble en transe. Juchée sur de hauts talons et mettant en valeur ses beaux grands yeux verts, elle étonne autant qu’elle captive! La combinaison parfaite entre beauté, talent et originalité.

Un côté complètement Gaga!

Son 4e album est l’album majeur qu’elle devait produire pour démontrer tout son savoir-faire sur disque. Pas si loin d’une Lady Gaga par moments (Digital Witness), on sent que d’avoir côtoyé l’ancien leader des Talking Heads pendant un an lui a donné une confiance inébranlable et complètement justifiée. Lors des concerts avec Byrne, c’était souvent elle qui récoltait le plus d’applaudissements et qui faisait écarquiller les yeux des mélomanes. Byrne demeure un grand et Clark était visiblement reconnaissante d’avoir pu tisser des liens avec l’innovateur musicien. Mais nullement n’était-elle impressionnée: elle a fait sa place! Byrne lui a élégamment laissé, voyant lui aussi tout le potentiel de la jeune femme de Tulsa en Oklahoma, maintenant âgée de 31 ans, qu’il a qualifiée de « mystérieuse ».

Voici quelques-unes de ses chansons les plus intéressantes, avec une petite surprise à la fin. Appuyez sur PLAY ALL pour entendre cette playlist.

 

« St. Vincent » est un disque qui offre des moments plus calmes dans lesquels on peut davantage admirer sa voix (I Prefer Your Love), mais aussi plus rock (Regret), et plus électro (Bring Me Your Loves) dans une cohérence musicale naturelle. Un disque qui surprend et ravi aux premières écoutes, mais qui prendra plusieurs écoutes avant d’apprécier complètement tous les détails.

Assurément, il fera partie de la liste des 10 meilleurs albums de 2014. Le meilleur qu’il m’a été donné d’entendre cette année (ou depuis « Reflektor » d’Arcade Fire).

ST.VINCENT
St. Vincent
(Republic Records, 2014)

Suivez St. Vincent sur Facebook
Visionnez les clips de l’artiste sur sa chaîne YouTube

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.