Sylvain Bergeron est un joueur de luth québécois qui a fait paraître trois disques solos dans la dernière décennie, dont ce magnifique recueil de pièces écossaises intitulé « The Balcarres Lute Book ». Il a surtout beaucoup joué avec l’ensemble La Nef, dont il est le cofondateur et codirecteur artistique.

Le répertoire couvert par le luth est un peu toujours le même: cet instrument a été très populaire dans la période de la Renaissance. La guitare lui a volé la vedette au fil du temps et peu de compositions pour le luth ont été écrites dans les 300 dernières années.

Bergeron joue donc des ballades écossaises qui datent toutes de cette époque où les troubadours étaient les musiciens vedette, et où la consécration se cristallisait lorsque l’un d’eux devenait officiellement musicien de la cour. Cela leur assurait une rente respectable mais également de meilleures chances que leurs compositions survivent au test du temps. Le problème n’était pas nécessairement la qualité de la musique, mais le simple fait que la musique ne pouvant être enregistrée, il fallait qu’elle soit transcrite, puis conservée, et idéalement jouée régulièrement par les générations suivantes jusqu’au XXe siècle où l’on put enfin enregistrer ces précieux morceaux.

 

J’ai eu vent de cet album et de cet interprète via l’émission de radio “Toute une musique” à ICI Musique cet automne alors que l’animatrice spécialisée en musique classique Marie-Christine Trottier expliquait avec un entrain contagieux les méthodes de jeu de Bergeron. Il soigne l’angle de coupe de ses ongles de la main droite afin d’obtenir le son idéal. Cela m’a rappelé mes cours de guitare classique au Cégep et les conseils de mon prof Marcel Benoît, par ailleurs luthiste lui-aussi.

Le « The Balcarres Lute Book » est un recueil important de musique de luth comprenant plus de 250 compositions d’air écossais, anglais et français, datant du 17e siècle. Probablement compilé par la quatrième épouse de Colin Lindsay, troisième Earl of Balcarres, le manuscrit original serait resté dans cette famille jusqu’à nos jours. La maison des Balcarres existe toujours : datant de 1595, elle est érigée au nord du village de Colinsburgh, dans l’Est de l’Écosse.

balcarres lute book

Cofondateur et codirecteur artistique de La Nef, Bergeron « est un musicien brillant qui tisse une tapisserie auditive inoubliable » selon le magazine TheWholeNote. La qualité de l’enregistrement du disque “Balcarres Luth Book”, qui met en lumière le son soyeux du luth dans une réverbération naturelle magistrale, aide certainement à mettre en évidence l’art de ce musicien autodidacte.

Je vais laisser le dernier mot aux experts de la musique ancienne, tels que repris sur le site du musicien: “Son premier album en solo, The Balcarres Lute Book, publié par ATMA Classique en 2008, a été largement salué pour sa « solide technique du luth combinée à une intelligence musicale hors du commun et à un phrasé impeccable » (The WholeNote), tandis que le magazine Goldberg qualifiait son jeu d’« empreint à la fois d’une grande vitalité rythmique, de délicatesse et de nuance ».”

sylvain bergeron balcarres

SYLVAIN BERGERON
The Balcarres Lute Book
(Atma, 2008)

-Genre: musique de la Renaissance
-Recommandé si vous aimez Julian Bream

Écoute sur AllMusic et achat sur le site de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.