Les Beatles, toujours aussi populaires en 1966, innovent enfin dans l’instrumentation de leurs compositions. Ainsi, après les traditionnelles Got To Get You Into My Life (chanson soul musclée, avec cuivres),  la douce Here, There and Everywhere et l’excellente et entraînante And Your Bird Can Sing, viennent les morceaux d’un autre niveau, avec les psychédéliques She Said She Said et Tomorrow Never Knows (avec ses rythmes à l’envers), inspirée du Livre des Morts Tibétains, que Lennon lisait à ce moment-là. L’expression qui donna le titre est de Ringo (qui avait aussi pondu l’imagé titre Eight Days A Week).

Ce documentaire de 10 minutes retrace la conception du 7e album studio des Beatles.

Capables d’un élégant classicisme, il y a aussi la grande Eleanor Rigby où la voix de Paul n’est accompagnée que d’un quatuor à cordes. George, pour sa part, amène Taxman et le délire indien Love You Too. On commence tranquillement à discerner les différentes personnalités à travers les compositions (les typiques I’m Only Sleeping de Lennon, For No One de McCartney et I Want To Tell You d’Harrison).

Lennon et McCartney avouent que plusieurs expérimentations sont faites de façon plutôt accidentelles, comme celle de faire jouer les rubans à l’envers. Quant à Harrison, il trouve que « Revolver » est la suite, ou le compagnon de « Rubber Soul », son prédécesseur, tellement ils sont semblables. Il raconte également qu’à l’époque, au milieu des années 60, il n’écrivait pas beaucoup. Sur « Revolver », il place l’acide Taxman.

Après « Revolver », les Beatles allaient prendre une pause de plusieurs mois, et revenir avec un ambitieux projet: « Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band ».

THE BEATLES
Revolver
(Capitol, 1966)

-Genre : rock pop
-Dans le même genre que The Byrds, The Who, The Rolling Stones

Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers le channel YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.