Chaque fin d’année impose sa suite d’inévitables questionnements. Pourrais-je devenir une meilleure personne en faisant le minimum d’efforts? Devrais-je vendre mon âme à Satan? Est-ce que ça se peut que mon daltonisme ne m’immunise pas contre toutes les ITS?

De mon côté, puisque toutes ces questions ont reçues des réponses affirmatives depuis fort longtemps déjà, la seule question qui me hante encore venu décembre est: combien de tounes devrais-je mettre dans mon décompte de fin d’année?

Pour 2017, j’ai retenu la formule du 50 + 50. (Non, 50 + 50, ce n’est pas nécessairement deux quinquagénaires qui se la jouent horny en avouant leur amour avec un canif sur un arbre.) Ça veut dire que plus bas, tu trouveras les 50 premières pièces du décompte avec un savoureux descriptif et une vidéo. Les 50 autres sont dans une playlist au total de 100 pièces avec un lien du méchant Spotify ou du pas bien mieux YouTube. (Il arrive qu’une pièce échappe à l’un des deux empires du mal.)

Je t’avertis, mes choix sont bien personnels. Mais mes choix personnels sont souvent ceux que je préfère personnellement. (Je suis pris avec cette facon de faire depuis que je suis né. C’est sûrement la faute de mes parents.)
Ça ne veut pas dire que tu dois bouder et t’empêcher de commenter l’article. Vas-y. Avoue ton amour pour ta nouvelle toune préférée ou remet en question ou détruit le choix d’une pièce, de 50, voir des 100 pièces du décompte (check l’autre qui pense qu’il a une personnalité).

Le plaisir qu’on va avoir.
Ok. C’est parti:

50-On Lankershim –Foxygen

Il y a deux pièces de l’album Hang qui se distinguent : Follow The leader qui a paru en single en 2016 et qui avait été dans mon décompte de cette même année et On Lankershim.
Le reste de l’album est plus brouillon. Comme tes excuses quand tu te rends compte qu’on trouve ton dessin laid et que tu nous dis « Ouais mais c’est juste un brouillon ».
Essaye pas.
T’as tout donné pis on trouve ça pas beau quand même.

49- I was a fool –Sunflower Bean

Sunflower Bean est un groupe de Brooklyn, NY. Mais ce n’est pas ce qui est le plus important.
Il faut que j’avoue quelque chose: Quand j’ai connu ce groupe l’an dernier, j’ai lu trop rapidement (ça m’arrive) et j’ai cru jusqu’à ce jour que le nom du groupe était Sunflower Beam. Beam comme dans “rayon”. Des rayons de tournesol? Wow.
J’avais commencé à écrire quelque chose sur des pistolets laser de l’espace pacifiques qui envoient des ondes laser de tournesol. Plein de orange. Plein de jaune. Sur une autre planète, dans l’espace, pis toute. Un truc psychédélique qui aurait plu à Alejandro Jodorowsky.
Puis là, tout juste à l’instant, je viens de m’apercevoir que c’est pas “beam” mais “bean”.
Oui, Bean. Haricot.

Haricots sucks.

PS: Si c’était un classement de vidéos, la position aurait été pas mal plus enviable.

48- Explosion –Philippe B.

C’est ma chanson francophone qui « sonne le Québec » préférée de 2017.
J’ai pas dit « de souche » là.
Arrête de capoter pour rien.

47- Time on her side –Future Island

Depuis sa création, ce groupe de la Caroline du Nord a une maudite bonne toune qu’il décline en plusieurs tounes au fil des albums.
C’est déjà ça de pris.

46- Three Rings –Grizzly Bear

Le nouvel album de Grizzly Bear est, comment dire, correct-pas pire. Couci-couça. So-So. Céleri-Céleri.
Mais j’aime la pièce Three Rings. Et pas juste parce que ça sonne un peu comme Radiohead. Plus parce que ça sonne comme un ours qui ose se tenir debout.

J’ai proposé cette tournure de phrase à la BBC pour la série Planet Earth III. Pas encore eu de réponse.

45-Depths (part.I) –Yumi Zouma

En Nouvelle-Zélande, ils sont tous gentils comme Yumi Zouma.
Sauf Sauron.
Lui, quand son scandale d’inconduite sexuelle sur le plateau du Seigneurs des Anneaux va sortir, ça va faire ben mal au tourisme.

44-Petals –Tops

De Montréal-L.A.-Montréal.
Pour le groove, pour la video. Pour toute.

43- Prune, you talk funny – Gus Dapperton

Un autre rejeton prolifique de 20 ans comme presque seule New York peut en produire. Coudonc, Lévis, qu’est-ce que tu fais ?
Le refrain est fait pour danser mais t’es pas obligé d’attendre jusqu’au refrain.

42-Gold Rush –Antibalas

Afrobeat-pop-funk-dance big band. Là tu le sais.

Gold Rush est tirée de l’album “Where the Gods Are in Peace” paru en septembre dernier.
Antibalas l’avait déjà jouée live dans les dernières années. Et c’est une version live de 2014 que j’ai choisie comme vidéo ici parce que de la musique comme ça, ça existe surtout pour ceux qui sont vivants.

41-JBS – Chaz Bundick Meets The Mattson 2

Si le groupe Pavement avait eu encore moins de retenue dans les moments où je sentais qu’il pouvait flirter avec le Jazz, je suis pas mal sûr que ça aurait donné une pièce comme JBS.
Mais on peut être sûr de rien.
SAUF DES TAXES PIS DES IMPÔTS, HEIN? LE GOUVERNEMENT NOUS ATTEND TOUJOURS DANS LE DÉTOUR.

Je suis très politisé pis j’ai des choses à dire.

40-Elegy -Leif Vollebekk

Attention, STP, essaye de suivre: Ce qui sonne “pop adulte des années 1980” me fait toujours une ligne dans le cœur parce que quand la « pop adulte des années 1980 » jouait, moi j’étais un enfant.
Pis là, je suis un adulte. Mais je l’entends encore comme quand j’étais un enfant dans les années 1980.

Je présume que Leif Vollebekk est au courant. Si jamais tu le croises dans le Mile End, tu lui diras que ça me fait la même chose pour la pop adulte des années 1970.

39- One More Love Song –Mac Demarco

Ouhhhhhhhhhhhh. Pour vrai, ça résume la toune mieux que d’autres mots.

38 -Keep Kool -Winona Forever

Ces fans du tatouage de Johnny Depp viennent d’une contrée qu’on appelle “British Columbia”.
Keep Kool est la preuve que le Canada peut-être cool et slack. Et ça c’est pas arrivé souvent depuis la Confédération. Quoique à mon souvenir, John A. Macdonald avait un rôle assez funny dans le film Reality Bites. À vérifier.

37-Feels Like Heaven –Ariel Pink

Une première entrée dans le décompte pour Ariel Marcus Rosenberg. Il y en aura une autre plus bas et une autre dans le décompte complet de 100 pièces. Elles sont toutes tirées de l’excellent album « Dedicated to Bobby Jameson ».

36-I Promise –Radiohead

Ben oui, cette pièce, on l’avait déjà entendue dans des bootlegs.
Mais là, c’est en vrai de vrai enregistrement de studio.
C’est peut-être pour ceux qui disent tout le temps «Moi je préfère le vieux Radiohead ».

On n’est pas trop sûr si t’es en train de faire de l’âgisme alors on va laisser ça passer.

35-Wake –Triptides

Ce groupe californien a fait paraître cette toune qui a un des meilleurs débuts de toune de l’année 2017.
Moi, la pièce démarre et je te danse ça comme si c’était la fin du monde pis que je t’avais parié 20 piasses que c’était la fin du monde.
Je suis à l’argent de même.

34-Solitaire volontaire –Adieu Garry Cooper

Aimes-tu ça les groupes qui viennent de la Suisse? Moi oui.
Il y a de ces pièces où la moitié du plaisir est procurée par ces mots que l’on fredonne et qui nous restent en tête longtemps. Pour être honnête, ici, on se replonge dans la rhétorique habituelle qui mène les meilleurs jours de nos 20 ans : Le monde va mal pis on est pris dans un système. Tout le monde dort. Mais pas nous autres. Oh non ! Nous autres on est réveillés pis on voit clair!
En tout cas, habituellement, ça ressemble à ça. Des fois ça donne « Si c’est ça l’Québec moderne, ben moi j’mets mon drapeau en berne ». Eh bo-boy. Ok man.
Paroles cheezy ou salutaires, sur Solitaire Volontaire, la musique, la dégaine vocale du chanteur Paul Becquelin et les « ouhs ! » placés aux bons moments suffisent à rendre l’ensemble assez irrésistible. J’ai passé l’automne à chanter :

“On voudrait me faire acheter tout un tas de choses
On voudrait que je prenne la pause
Que je reste sous hypnose -ouh!”

PS : Daran et moi on a le goût de rajouter: CUISINE ÉQUIPÉE… JE PRÉFÈRE DORMIR DEHORS!

33-Sun’s Out –Hoops

Tu te rappelles du son de 2009 ? Du temps qu’on disait encore «de la musique indie » ?
Sûrement. Moi, les saisons estivales de 2009 et 2010 n’auraient pas été les mêmes sans ce son-là : Enregistrement lo-fi, voix éthérées perdues dans le mix et mélodies nostalgique de fin de journée d’été avant même que ce soit la fin de l’été.
Mais parce que la vie peut finir par se blaser d’elle-même, quelque part en 2011, je me suis moi-même quelque peu lassé de ce son-là.
Durant tout ce temps, les gars de Hoops étaient au travail dans leur ville de Bloomington en Indiana pis en 2017 ils se sont dit « Hey les gars, on essaye de ramener Luc ? »
Bravo les gars. Vous avez réussi. Mention spéciale au dude qui joue de la basse.

32-Dreams tonite –Alvvays

Les petits snoreaux de Toronto n’écrivent pas Always comme tout le monde alors attends-toi pas à ce qu’ils écrivent tonight comme les autres. Mais pour créer une belle ligne mélodique et un texte tout simple qui frappe dans le centre du mille « If I saw you on the street, would I have you in my dreams tonight ?», ils sont pas mal meilleurs que toi pis ton petit Webster’s dictionary. WHAT’S UP SPELLING B****!

31-Loving is Easy (feat. Benny Sings) -Rex Orange County

C’est probablement la meilleure pièce que le groupe The Commodores n’a pas écrite.
Alors elle a été écrite par Alex O’Connor, un Anglais de 19 ans qui vient originalement de Grayshott, un petit village dans le Sud de l’Angleterre mais qui vit maintenant à Londres.
Te voilà pas mal renseigné je trouve.

30–Kitchen Witch –Ariel Pink

Il me semble que c’est le genre de toune que t’entend aux travers des murs de ta chambre lorsque t’es un enfant qui s’endort alors que tes parents font encore la fête avec des amis.
C’est encore mieux si t’es pas dans ta chambre mais si t’es plutôt couché sur la pile de manteaux des invités sur le lit de la chambre de tes parents.
En passant, si t’as jamais connu ça, c’est peut-être parce que t’as jamais eu d’enfance. À ta place je consulterais.

29-Oh Baby -LCD Soundsystem

Le retour de James Murphy.
Mais non, c’était pas le gars dans Robocop. Lui c’était Alex Murphy.

Je vois dans ta face que je viens de te décevoir et ça me fait plus de peine que je l’aurais pensé.

28-Don’t Blame Yourself -Chaz Bundick Meets The Mattson 2

Toro y Moi c’est Chaz Bundick.
Chaz Bunsick Meets the Mattson 2 c’est Chaz Bundick et The Mattson 2. Ensemble.

C’est une leçon de  2017: on peut être ce que l’on veut.

27-Everytime -Boy Pablo

Les enfants Suédois perdus de Mac Demarco.
Et une de mes vidéos préférées de l’année. Copine trouve ça aussi.

26-Goodbye Soleil –Phoenix

Je veux pas vendre le punch, mais c’est une chanson d’été.
Ou d’hiver si tu t’ennuies de l’été.

25-Darling -Real Estate

Calme-toi. C’est pas supposé être un cover de la toune de Rock Voisine.
À moins que tu l’écoutes à l’envers.
Pas game.

24-Pain -The War on Drugs

Là, il faut que tu lises le titre de la chanson en anglais car sinon tu vas penser que c’est une chanson sur le pain.
Ouin, j’avoue que ça aurait été swell aussi une chanson sur le pain.
Mmm, des toasts.

23- Rolling Stoned – King Gizzard and the Lizard Wizard & Mild High Club

Ok, ok, je vais te le concéder : C’est vrai que les flûtes peuvent faire penser au terme péjoratif “toune d’ascenseur”. Mais si toutes les tounes d’ascenseur étaient comme ça, moi je voudrais bien vivre au 752ième étage.

En passant, ça se peut que je vomisse en haut.
Il y a des limites au pouvoir de la musique.

22-Walk it back –The National

Aime tu ça les chansons où le chanteur parle plus qu’il chante?
Non???
Mais tu disais aimer Leonard Cohen, non?
Ah, ok, c’est plus la grosse murale de Leonard Cohen que t’aimes toi.
My bad.

21- Falling Down –Happyness

Tu te rappelles peut-être du film Falling Down avec Michael Douglas?
Bravo, mais on s’en sacre de tes souvenirs.
Falling Down (la toune), c’est de la grosse bombe pop rock.

20- Love you so bad -Ezra Furman

Ezra Furman se spécialise dans la musique qui te donne de la joie. Même quand il tient des propos comme ceux-ci:

Still remember so bad
The nights mom got drunker than dad did
She told me, “never hang out with the bad kids”
What can you say to that?
I always knew I was bad

19- Marilyn ft. Micachu –Mount Kimbie

La toune au plus haut potentiel groove hypnotique de l’année.

18-Phonème –Vanille

Bon, là, je dis quoi. Il y a une question éthique qui se pose ici. Autant le dire simplement et franchement : j’ai des liens de sang avec quelqu’un qui a du sang dans ce groupe-là.

Ok. Mais ça ne m’empêche pas de savoir quand j’entends une très bonne toune. J’ai la maturité et la distance nécessaire pour ne pas mêler vie personnelle et le reste de la vie. Je suis un pro.

Message à qui de droit : C’est ben beau le rock mais ça serait le fun que tu laves tes osties de tupperware.

17- Mystery Of love –Sufjan Stevens

Encore une fois, Sufjan prend ton coeur et en fait ce qu’il veut.
Considère-toi comme averti.

16-Pearly Gates -Kevin Morby

Kevin Morby est le genre de gars qui pourrait sortir un disque à chaque année.
C’est pour ça qu’il sort un disque à CHAQUE année.
Là, tu vas me dire « Euh, pas vrai, c’est erroné, parce que techniquement, il en n’a même pas sorti un en 2015 ».

Après tu te demandes pourquoi je te fais jamais de passes au water-polo. Et pourquoi j’ai essayé de te noyer deux fois.

15-Sometimes in the world –Destroyer

Ça va devenir redondant quand tu vas le lire plus bas mais là, tu ne le sais pas encore. Il y a dans Destroyer quelque chose qui rappelle New Order. Et, ici, si le début de la pièce peut sembler ordinaire, les pan-pan-dan-dan-dan-dan-dan retournent la pièce sur un dix cennes pour me rentrer dedans comme un souvenir de 1983 au Palladium de Longueuil. Wow-oh.

14- For the first time -Mac Demarco

Comment dire. C’est “Your once, twice, three times a lady “ avec “Everytime you go away” en 3m02.
Je présume que c’était ça le défi et c’est relevé sans faille.

13-Fly on your wall -Angel Olsen

« Vole sur ton mur » est tirée de l’album compilation et de B-Sides « Phases ». Olsen avait déjà été abondamment représentée dans le décompte de 2016 avec l’album « My Woman ». Je l’ai aussi vue en show en 2016 et je l’ai aussi vue en show en 2017. Depuis deux ans, Angel Olsen est donc presque partout, tout le temps.
En gros, elle clanche ton dieu. Facile.

12-Slide –Calvin Harris feat. Frank Ocean

À chaque année, il y a une pièce comme Slide qui vient me rejoindre de façon inattendue. Pas que j’étais contre Calvin Harris. Mais j’étais pas pour non plus. Un peu comme comment je me sens quand je pense aux Hurricanes de la Caroline ou quand je pense à la Pologne.
Chose certaine, Slide respire plus l’été que des poumons qui sautent dans un lac.

Pour vrai, si c’est c’était moé le Beach Club, je ferais jouer ça au Beach Club.
Ouin, mais attend.
Est-ce que c’est le Beach Club qui fournit les serviettes? Parce que si c’est le cas, je pense pas que je vais m’embarquer là-dedans.
C’est pas vrai que je vais commencer à faire des brassées de serviettes toute la semaine moé-là.

11-Star Roving –Slowdive

Slowdive qui se fait habituellement planant et introspectif y va d’une charge à la Sonic Youth.
J’aime les tounes où je peux crier « Let’s go » juste avant que la batterie embarque. Ici, c’est à la 25ième seconde que ça se passe. Fais-le pis t’auras l’impression de dominer le monde une coche en haut du méchant vilain dans James Bond ou de Justin Trudeau quand il pleure au bon moment.

10- Isostasy -Com Truise

C’est peut-être juste moi, mais le nom du groupe me fais penser à l’acteur rationnel qui aime la science Tom Cruise.
Et je sais que ça va paraitre weird, mais de la musique électro de même, ça me fait penser à de la Science-Fiction.
Pis le terme Isostasy, ça me fait penser à la géologie.

Je suis tellement perspicace que je me frencherais.
PS : C’est pas dit que j’ai jamais essayé.

9- Run -Chicano Batman

Chicano Batman, c’est un groupe de Los Angeles dont les membres sont Eduardo, Gabriel, Carlos et Bardo. Si tu connais quelqu’un qui aime la musique psychédéliquo-latino, tu devrais lui faire connaître ce groupe le plus rapidement possible. Sauf si c’est Ben Affleck. Des plans pour qu’il essaye d’intégrer le groupe Chicano Batman et vienne fucker l’affaire sur un moyen temps.

Les 10 premières secondes de « Run » seront suffisantes pour te gagner.
C’est sûr que c’est ce qui va arriver.
J’ai même pas peur.

8-Slomo –Slowdive

Dans mon top 5 des meilleurs albums de l’année, il y a l’album éponyme de Slowdive. Souvent, les albums éponymes, c’est pour les petits nouveaux qui commencent. Mais le groupe anglais Slowdive en est à un 5ième album. Le premier LP date de 1991. Le dernier avant celui de cette année date de 1995. Ouin, ils ont pris un long, long break. Correct. Ils étaient occupés. On ne va pas commencer à lancer toutes sortes d’explications possibles. Ça ne sert à rien. Le terme « occupé » suffit. Respectons leur intimité.

Moi je pense qu’ils ont probablement voulu se partir un Orange Julep pis ça a foiré solide.

7- Destroyer – Tinseltown Swimming in Blood

À chaque année, il me semble que ça me prend une pièce qui a une basse à la Peter Hook de Joy Divsion/New Order. Cette année, Daniel Bejar et Destroyer m’en ont donné au moins deux. Merci ben Dan.

6- Black Fly –Circuit des Yeux

Si mon décompte était celui des « plus belles » chansons de l’année, Black Fly aurait probablement été en première place.
Black Fly, c’est la voix unique de Haley Fohr, les guitares qui semblent être l’écho triste de l’Italie des années 1960 -c’est de savoir que l’on a atteint un moment de point de rupture sans savoir de quel côté il nous fera basculer.

J’ai le goût d’avoir cette pièce comme bande sonore de tous les films de Michelangelo Antonioni où on voit le regard pensif de Monica Vitti.

Nobody said it was easy
But it was so easy
To stand alone
The breeze in my hair
The wind in my hair
A black fly coming round the bend

5-In Chains -The War on Drugs

A Deeper Understanging est mon album de l’année. Quand ces choses-là arrivent, ça se peut que plusieurs pièces finissent dans le haut du décompte. Mais là, je ne pouvais quand même pas en mettre 4 du même album dans le top 5. Ça se fait pas selon mon Surmoi musical Freudien (sti qui gosse Freud).
En tout cas, In Chains, c’est une autre pièce d’auto qui te rend nostalgique à la première écoute.
Tu files sur la route.
Avec du blé sur les côtés.
Ou des étendus.
De blé.
C’est comme Fields of Gold de Sting mais 88 fois plus prenante.
88 fois plus de blé.

4- Visions Of Gideon –Sufjan Stevens

Tout comme la très belle Mystery of love, Visions of Gideon est tirée de la bande sonore du film “Call me by your name”.
Je ne suis pas du genre à faire des prédictions (sauf quand je t’ai dit en septembre “Sors toute ton épargne, achète-toi des bitcoins pis investis toute dans les recettes pompettes. Tu vas faire la piastre.).
Mais voici, je me lance avec assurance:
Prédiction #1: il y aura une nomination aux Oscars pour Visions of Gideon ou Mystery of love.
Prédiction #2: il y aura une victoire aux Oscars pour Visions of Gideon ou Mystery of love.
Prédiction #3: le 4 mars prochain, des millions de gens découvriront l’un des meilleurs auteurs-compositeurs des 17 dernières années.
Conclusion inévitable : La vie de millions de gens va changer pour le mieux mais ils ne le savent pas encore.

3-Chanel -Frank Ocean

La ligne de piano. Le flow de Frank. Un rapper qui parle de son amant/amoureux.

En gros, c’est 2017 qui dit “Fuck you Eminem”.

 

2-Truth -Kamasi Washington

Depuis au moins ma troisième année, j’ai toujours éprouvé une jalousie malsaine pour ceux et celles qui ont un nom d’État américain comme nom de famille. Ah, si seulement c’était pas si compliqué de changer son nom avec le registre de l’état civil.
-Luc Dakota du Nord. Ça ça sonnerait en tabarnac.

Va le constater par toi-même si tu ne me crois pas, mais le mini-album « Harmony of Difference » au complet est comme une longue variation de la mélodie centrale de la pièce Truth. Mais Truth se suffit aussi en elle-même en sonnant aussi large que majestueuse. Tu sais quoi? Truth pourrait te faire aimer le jazz même si toi tu aimes rien. Chaque instrument vient surenchéchir la proposition des autres rendant chaque nouvelle partie de cette pièce de 13m30 aussi forte que la précédente. L’impression de se retrouver dans une épopée cinématographique n’est pas étrangère au fait que les voix des choristes enveloppent le tout comme si elles étaient dirigées par Ennio Morricone.
Pis je vais te dire un secret : Je trouve qu’on y entend les échos de l’excellente pièce Albatross de Fleetwood Mac.

Check l’autre qui est tout émoustillé par mon secret.

1-Thinking of a place -The War on Drugs

En avril dernier, c’était le “Record Store Day”. Le jour des magasins des records. J’étais heureux avec copine et ça sentait le printemps qui se prend pour un début d’été et l’envie prenante de baisser ses fenêtres d’auto jusqu’en bas. Et cette pièce languissante est apparue comme un baume sur toutes les douleurs de l’hiver.
Pour vrai, cette pièce est aussi belle, qu’elle fait du bien, qu’elle fait mal.
Comme pas mal tout ce qui est incroyable.
Débattez.

.

.

.

.

La playlist (en désordre) des 100 pièces sur YouTube :

.

.

.

.

La playlist (en désordre) des 100 pièces sur Spotify :

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Luc Leblanc
Blogueur - RREVERB

Faire des listes. Faires des listes de tout. Rien de plus commun maintenant. Ou de plus 2009. Luc aimerait bien se distinguer en vous disant qu’il est passé à autres choses. Mais non, ça n’arrivera pas. Luc fait des listes. Déjà 5 ans qu’il partage son décompte des 100 meilleures pièces de l’année. Avec le souhait même pas secret que quelqu’un, quelque part, y trouve de la musique qui lui aurait échappée. Ou même de la musique qui transformerait sa vie. Dans ce cas-là, Luc trouve que ce serait peut-être un peu trop. Mais il est prêt à vivre avec.