Viviane Audet est une jeune auteure-compositrice-interprète de grand talent, qui vient tout juste de publier un nouvel album, intitulé « Le corridor des ouragans ».

Un album de peine d’amour, de tristesse, de perte… magnifiquement bien écrit. Sur Tes petites pierres, elle illustre poétiquement le moment où une amoureuse déçue décide de rayer de sa vie les traces d’un amour terminé. Elle met en boîte tous les souvenirs, toutes les émotions. “Je ne garde rien, c’est inutile” dit-elle en prononçant l’avis de décès de cet amour. Ça semble sans appel.

Musicalement, le deuxième album de Viviane Audet est riche d’arrangements originaux. Parfois, le traitement est minimaliste et simple, avec quelques notes de banjo qui soutiennent le piano de Viviane. Parfois, c’est plus gonflé et bondissant, comme sur Avant toi, où l’auteure fait l’inventaire des choses qu’elle ignorait.

 

Elle aussi, comme Andréanne A. Malette dont je vous parlais récemment (pas aussi positivement), compte assurément Lynda Lemay parmi ses influences. Ça parait sur Le nombre, dont le texte-fleuve révèle des petites perles comme celle-ci:

Rien ne se perd, tu dis, tout se transforme
Changer de quotient n’affecte pas la somme
Si rien ne se perd pourquoi suis-je perdue?
Si tout se transforme que sommes-nous devenus?

Les morceaux sont tous présentés de façon différente, explorant des ambiances uniques, comme sur l’intéressante Septante, qui reprend le côté intime à la Salomé Leclerc ou Laurence Hélie, l’orgue inquiétant de Nick Cave (elle utilise souvent un wurlitzer), une rythmique à la Féloche et un banjo qu’elle joue elle-même.

viviane audet yeux verts

On traverse ce “Couloir des ouragans” comme on lit un journal intime ou un roman. On s’attache aux personnages, on voit se dessiner le récit au fil des mots. On devine que Viviane Audet a passé des moments amoureux difficiles (ou qu’elle est une excellente comédienne!) mais qu’elle en a tiré quelque chose de beau. Une œuvre basée sur la déception et sur la confusion (Je ne sais plus rien (dans tes bras)). Un recueil de questions irrésolues, un album de bilan, un roman personnel qu’on dévore avec délicatesse et passion.

Viviane Audet a remporté les grands honneurs au Festival en chanson de Petite-Vallée en 2003 et est également comédienne. On l’a vue dans L’héritière de la Grande Ourse, Minuit, le soir, Belle-Baie, Rumeurs, Frisson des Collines… Elle avait composé la musique du film « Camion » il y a deux ans, qui avait fait suite au disque « Le long jeu » en 2006.

Philippe Brault, le brillant musicien qu’on a entendu avec Pierre Lapointe à ses débuts, puis avec Salomé Leclerc et Philippe B, a réalisé ce bel album.

Chaleureusement recommandé.

VIVIANE AUDET
Le corridor des ouragans
(Angélica Bye Bye, 2014)

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Suivez Viviane Audet sur Facebook
Lire d’autres articles sur la chanson francophone

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.