Anoushka Shankar est une merveilleuse musicienne. Elle est la fille du plus célèbre des musiciens indiens, le maître du sitar, Ravi Shankar, aussi grand copain de George Harrison, qui a enseigné au Beatle. La belle jeune femme avait d’ailleurs donné une sublime performance lors du concert hommage « Concert For George », célébrant le premier anniversaire de l’ex-Beatle, décédé en 2001.

La demi-sœur d’Anoushka s’appelle Norah Jones, célèbre chanteuse et pianiste de jazz pop qui a vendu plusieurs millions d’albums. Jones rend d’ailleurs visite à sa cadette sur le premier titre du nouvel album d’Anoushka, The Sun Won’t Set. Shankar réussit à rendre très accessible la musique de son pays d’origine en y mélangeant plusieurs éléments occidentaux: piano et violons sur Indian Summer, et des rythmiques plus simples tout au long de ce disque à facture moderne (Maya). Cet album est généralement assez rythmé (Lasya). Ce n’est pas un disque de méditation, contrairement à plusieurs disques de musique indienne qu’on retrouve dans les grandes surfaces ou même les pharmacies.

 

La musique de « Traces of you », le 7e de la carrière de la musicienne, s’écoute sans effort, comme si elle avait voulu tendre la main à un plus grand nombre d’auditeurs occidentaux. Ce disque est facile d’approche pour ceux et celles qui ne sont pas familiers avec la musique indienne ou le sitar. On y découvre un instrument aux sonorités uniques et, surtout, une artiste qui est capable d’allier tradition et modernité.

Anoushka Shankar est sans doute la plus occidentale des musiciennes indiennes. Née à Londres en 1981, elle grandit entre Londres, Dehli et la Californie. Comme plusieurs fils et filles de musicien, elle débute la musique relativement tôt. Grand sage, Ravi ne lui donnera que quelques leçons de sitar par semaine alors qu’elle n’a que 10 ans, plutôt que de la pousser trop fort trop vite. Anoushka accompagne ensuite son père dans ses concerts, puis à 16 ans, signe son premier contrat de disque.

La revoici au fameux concert à la mémoire de George Harrison.

 

Elle lance ensuite « Anoushka » (1998), « Anourag » (2000), « Live at Carnegie Hall » (qui fera d’elle la plus jeune artiste en nomination dans la catégorie World aux Grammy Awards, en 2003), « Rise » (2005), « Breathing under Water » (2008) avec Karsh Kale, et finalement « Traveller » (2011).

ANOUSHKA SHANKAR
Traces of you
(Deutsche Grammophon, 2014)
Suivez Anoushka Shankar sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.