La Brésilienne d’origine et Française d’adoption Dom La Nena a fait paraître son deuxième album au début du mois. Le charmant et chatoyant « Soyo » succède à « Ela », son premier opus beaucoup plus dépouillé, enregistré avec l’aide de Piers Faccini. Pour « Soyo », Dom La Nena s’est entouré cette fois du coréalisateur Marcelo Camelo, du populaire groupe rock brésilien Los Hermanos. Enregistrée à Lisbonne, à Paris et à Mexico, sa nouvelle offrande est rythmée, festive et joyeuse : c’est une véritable bouffée de chaleur!

On sent aussi que Dom La Nena, de son vrai nom Dominique Pinto, prend beaucoup d’assurance. Son chant est plus confiant et affirmé. L’album démarre d’ailleurs avec la très jolie La Nena Soy Yo (La petite, je suis). C’est donc à la fois une référence à son nom de scène et au titre de l’album. On peut donc croire que Dom La Nena a trouvé son identité et l’assume pleinement. La violoncelliste laisse aussi quelque peu de côté son instrument en faveur d’une palette de couleurs musicales plus vaste et riche. L’ambiance générale et les sonorités sont toujours latines, mais avec une saveur indie-folk.

Dom La Nena chante en portugais (sa langue maternelle), en espagnol, en anglais et en français (parfois dans la même chanson!). Ce mélange linguistique est justement très réussi sur la lumineuse Juste une chanson. La douce voix de la Brésilienne nous berce également sur la superbe Carnaval. Une des chansons les plus réussies du disque est la très accrocheuse Llegaré. Un ingénieux échange entre piano, guitare et violoncelle enrichit la très belle Vivo Na Maré. Parue dans une version différente sur un EP en octobre 2013, Golondrina est toute en subtilités et en nuances. Era Una Vez et El Silencio sont de prenantes ballades à l’atmosphère intimiste.
Voici le vidéoclip pour Llegaré. L’album au complet peut être écouté sur la page bandcamp de l’artiste.

On se doit de noter la réalisation soignée de « Soyo », pleine de subtilités et d’arrangements simples mais ô combien efficaces. L’apport de Marcelo Camelo (qui est d’ailleurs un héros de jeunesse de Dom La Nena) se fait donc sentir d’une belle manière. C’est aussi un album mature, différent de son premier, plus lumineux et qui se trouve bonifié par une instrumentation riche. On retient surtout la voix apaisante de Dom La Nena qui survole l’album.
Dominique Pinto avait finalement l’intention d’écrire des chansons qui se transposent bien sur scène et que les spectateurs pourraient chanter avec elle. L’artiste de 25 ans sera d’ailleurs au Gésù le 21 mars, seule, accompagnée de son violoncelle et de ses pédales à effet qui lui permettent de construire tranquillement ses chansons en ajoutant couches par-dessus couches.

Dom La Nena Soyo
DOM LA NENA
Soyo
(Six Degrees, 2015)

-Genre : indie-folk latin

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

DOM LA NENA : L'affirmation et la joie
Originalité75%
Authenticité85%
Accessibilité80%
Direction artistique85%
Qualité musicale85%
82%Overall Score
Reader Rating: (8 Votes)
99%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.