Quand Fred Fortin a remporté le prix de l’Auteur-compositeur de l’année au Gala de l’ADISQ en octobre 2016, bien des gens se sont demandé “Qui s’est ça?”. Mais tous ceux et celles qui ont suivi la carrière du Bleuet depuis son premier album en 1996, puis à travers les projets Gros Mené et Galaxie, et bon nombre d’albums solos, se sont exclamés “ENFIN!” avec un sentiment de justice accomplie. La plume et la touche de Fred Fortin étaient enfin reconnus au grand jour.

Il faut dire que son plus récent album, “Ultramarr”, paru en janvier 2016, est probablement son meilleur en carrière. Sans rien enlever à “Plastrer la lune” (2009) ou “Planter le décor” (2004), le petit dernier est le plus abouti des disques de Fortin, qui y apparaît en plein contrôle de sa musique et très inspiré, au niveau des paroles. C’est un Fortin plus observateur (Gratte), plus fin que jamais au niveau musical (L’amour Ô Canada) et qui n’a pas perdu une once de son humour ni de son langage imagé, comme sur la pièce titre.

 

Fred Fortin est le prototype typique du gars québécois. Si on avait à envoyer un représentant de notre gang, ce serait lui que j’enverrais. Talentueux, sympathique, humble, fan de hockey, naturel avec sa casquette et son look de gars ordinaire en jeans et t-shirt, il chante la langue qu’il parle sans sonner exagérément joual. Il est tout simplement naturel (Molly, sur laquelle son chien Wendy jappe). Là où il est extraordinaire est lorsqu’il a un instrument de musique entre les mains. Le gars touche à tout. C’est un naturel.

fred fortin live

(photo: LePetit Russe)

Fortin est bien entouré sur “Ultramarr”: les frangins Andrew (batterie) et Brad Barr (guitare, piano) participent à plusieurs morceaux, ainsi que son fidèle ami Olivier Langevin, à la basse. L’ex-Karkwa François Lafontaine est aux claviers, Joe Grass aux guitares slide, pedal steel et dobro et Sam Joly aux percussions. Une gang de gars qui ont répété ensemble et mis leur meilleur pour faire rejaillir les joyeux écrits et composés par Fred Fortin

 

Ça donne des perles comme 10$ où sur une mélodie hyper accrocheuse, on entend Fred faire un parallèle entre la vie amoureuse et une course de chars.

“Ton cœur est un robbeur qui crie s’a ‘sphalte
Ton âme part en boucle
Avant de t’ramasser avec un flat
Faudrait qu’tu passes au stand”

Délectable!

fortin

FRED FORTIN
Ultramarr
(Simone / Grosse Boîte, 2016)

-Genre: rock moderne franco
-Dans le même genre que The Barr Brothers, Daniel Lanois, Les Chiens, Richard Desjardins

Écoute et achat sur la page BandCamp de l’artiste
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube du label

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.