Le Suédois Jay-Jay Johanson est apparu dans le paysage musical au milieu des années 90, en pleine domination du spleen electro pop: d’autres, comme Portishead ou Tricky roulaient en boucle, ajoutant moral moyen des Occidentaux au tournant du siècle. La bulle du web était sur le point d’éclater, le bug de l’an 2000 (vous l’aviez oublié celui-là?) menaçait la civilisation telle que nous la connaissions alors. « Poison », un album long et profond, saisissait bien le malaise.

De sa voix haut perchée, nasillarde, mais charismatique, Jay-Jay Johanson exprimait sa peine d’amour (Colder (I Want You No More)) et on souffrait avec lui. Il montre qu’il peut sortir les guitares sur la brillante Keep It A Secret, mais sa mince voix n’en fera jamais un grand chanteur. C’est plutôt grâce aux airs immédiatement reconnaissables, ainsi qu’aux riches rythmes tout au long des 14 morceaux de « Poison » que plusieurs craqueront et sombreront dans le spleen de tout coeur (la belle Alone Again) avec le Suédois né en 1969 dans la petite ville de Trollhättan (ce qui signifie « bonnet de trolls »!), dans le sud-ouest de la Suède.

Voici cinq chansons tirées de cet excellent album.

On ne réentendra pas beaucoup parler de Johanson dans les années suivantes. Si l’album « Whiskey », de 4 ans son prédécesseur, l’avait fait remarquer, le suivant, « Tattoo » s’était rendu jusqu’au #16 des palmarès français en 1998. Il lancera six autres albums, le plus récent, « Cockroach » datant de 2013, explorant des styles de musiques moins accessibles, comme l’électro-clash sur « Antenna » en 2003.

Maintenant âgé de 45 ans et fort de 20 ans de carrière, Jay-Jay Johanson sera en concert dans la magnifique salle du Gésù, les 21 et 22 février prochains, dans le cadre du festival Montréal en lumière. Les billets sont ici.

JAY-JAY JOHANSON
Poison
(RCA, 2000)

-Genre : electro trip hop jazzy
-Dans le même genre que Portishead, Antony & the Johnsons, US3

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste
Lien vers les autres articles de Montréal en lumière

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.