Complexes et intellectuelles, oh oui! Le dernier album Apocalypse, Girl de Jenny Hval, auteure-compositrice-interprète norvégienne innovatrice et plutôt indescriptible de 34 ans, s’amorce avec un morceau “spoken word” assez contemporain qui donne le ton au reste de l’album avec ses questionnements existentiels. Des ruminations et rêvasseries aussi sensuelles et physiques que comiques et intellectuelles; comme peut en témoigner la phrase “What is soft dick rock?” qu’elle nous lance sans crier gare sur la pièce nommée Kingsize. À l’instar des créations de “Innocence is kinky“, son opus précédent de la consécration, elle nous projette à nouveau ce verbe caractéristique et cette imagerie insolite incisive sans jamais nous prendre par la main. Il ne tient qu’à nous de voguer sur les concepts et de nous faire nos propres significations de toutes ces images-chocs, denses et cataclysmiques.

 

Mais si sur les albums précédents, cette poésie personnelle, chaude et étrange, très axée sur la sexualité, le choc des genres et les questionnements intérieurs, était combinée de musiques étagées de structures pop classiques; on a plutôt affaire ici à des accompagnements quasi cinématographiques et expérimentaux (superposition de choeurs et de voix, sons symphoniques planants, bruits et échantillonnages, etc.) Le tout est donc rendu à la fois de manière très cérébrale, mais avec de nombreux éclairs d’élégance lyrique penchant vers le gospel même par moment. Ainsi, la beauté et la lumière réussissent donc, ici et là, à percer habilement les ténèbres lancinantes et jazzy. Les morceaux sont orchestrés à l’aide de rudes textures, mais accompagnés de ce ton féminin sarcastique et même parfois grinçant de Jenny qui se permet aussi la douce schizophrénie de chants tendres d’une grande majesté.

 

Hval1

 

Le thème prédominant du disque est donc l’interrogation sans fin d’un individu en marge face aux conventions contemporaines sur le sexe, le couple, la maternité (ou non), la mort, la place de la femme et de ses désirs dans tout ça. Hval ne manque pas sur ce cinquième album en carrière de nous rappeler qu’elle a composé le tout lorsqu’elle avait 33 ans, l’âge du Christ, l’âge fréquent des tourments et des remises en question. En ce sens, le disque est un coup de poing poétique à la fois doux et dévastateur. Ce fil conducteur thématique est ainsi présent du début à la fin de l’album. Un questionnement existentiel métaphysique et profond de l’artiste qui semble être au centre d’un trouble, au bord d’un gouffre, mais tout en rêvassant.

 

 

Cinglante comme une PJ Harvey mais avec le côté lyrique d’une Björk, l’artiste nous assaille à la fois fortement et délicatement de ses tergiversations et avec des vers crus et très sexuels; des pensées denses, mais alliées de chants aussi corrosifs qu’angéliques nous soulèvent. Les textes de Jenny Hval sont forts, très forts; sa poésie a quelque chose de la ferveur des beat poets, et je pèse bien mes mots ici! Ceci fait en sorte que le tout vise plutôt un public intellectuel averti. La musique qui accompagne le tout est somptueuse, mais à la fois libre et expérimentale. Ainsi, au final, elle n’offre pas de la pop accessible et facile. Je crois qu’il faut affectionner non seulement la musique dense, mais la poésie aussi afin d’apprécier pleinement le disque. Apocalypse girl est un excellent album introspectif et oh combien intelligent que je recommande sans hésiter. Pour l’heure, celui-ci est très haut placé au sein de mes albums favoris de 2015.

 

Ne la manquez pas en spectacle le samedi 5 septembre prochain au Bar Le Ritz PDB dans le cadre de Pop Montréal. (http://blueskiesturnblack.com/show/1019)

 

Hval4
JENNY HVAL
Apocalypse, Girl
(Sacred Bones Records, 2015)

-Genre: Pop Rock
-De la poésie singulière de la trempe des Bjork, St-Vincent, Braids et Ramona Lisa.

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page (Facebook) de l’artiste

JENNY HVAL - Motions harmoniques complexes
Originalité95%
Authenticité90%
Accessibilité70%
Direction Artistique85%
Qualité Musicale85%
Textes90%
86%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Martin Curadeau
Blogueur - RREVERB

L'écoute d'un disque est un instant privilégié de rencontre avec l'essence même d'un créateur. Maelstrom de sons, myriades d'émotions et petits morceaux d'âmes à l'état brut. Bien que la musique dite émergente (tel le rock indé.) est au centre de ses intérêts, sa curiosité n'a pas de bornes et il ne résiste, pour ainsi dire, à aucun style. Être transporté, chaviré, surpris et envouté par des albums est un rendez-vous quotidien.