On le sait, Renaud, 62 ans, n’est pas en super santé. Il a depuis des années jonglé avec la dépression, l’alcoolisme, menant à des échecs amoureux répétés ainsi qu’un manque d’inspiration (ou du moins de production) musicale. Il revenait à la vie en 2006 avec l’album « Rouge sang » et la tournée qui s’en suivit. Mais depuis, rien. À part un album de chansons traditionnelles irlandaises et la rumeur d’un album en travaux. Pour le peu qu’on en sait, il veut qu’on le laisse tranquille.

renaud-2012

Ses amis musiciens lui rendent un hommage bien mérité avec « La bande à Renaud », un recueil de 29 reprises de chansons de Renaud, dont le premier volume est sorti plus tôt cette année, mettant en vedette Hubert Félix Thiéfaine, Bénabar, Jean-Louis Aubert, Grand Corps Malade, son gendre Renan Luce, Carla Bruni, etc.

Dans le second volume, les 15 titres sont repris par des vieux comme Bernard Lavilliers (la très réussie Morts les enfants, toujours d’actualité) ou le Belge Arno qui réussit complètement sa version de Ma gonzesse en épousant le style de Gogol Bordello et Tom Waits. Sa grosse voix grave et imbibée d’alcool rend cette lettre d’amour bien différente. On y sent l’homme mûr toujours amoureux de sa chérie.

Les plus jeunes s’y mettent aussi. Ainsi Thomas Dutronc (fils de Jacques et de Françoise Hardy) tend la main à la Montréalaise Nikki Yanofsky sur Manhattan-Kaboul, originalement chantée par le blond loubard et Axelle Red. Pas mal, mais rien d’extraordinaire.

La version honky tonk country rock complètement allumée de Marche à l’ombre par Emmanuelle Seigner est contagieuse. On a envie de swinger avec Seigner qu’on imagine sans peine le sourire en coin, la robe western, la clope au bec, dans un saloon.

Étonnant est de constater que l’acteur Vincent Lindon se débrouille plus que bien dans son interprétation de la magnifique Morgane de toi. Sa voix usée sent l’authenticité, il fait siens ces jolis vers d’un père complètement gaga de sa fille. Il y a une couche de désespoir dans la voix de Lindon qu’on n’entendait pas dans celle de Renaud.

Parmi les versions plus ou moins réussies, je souligne la voix endormie de Benjamin Biolay qui aurait dû choisir une chanson moins dynamique de Miss Maggie pour mettre en valeur son ton sombre et mystérieux. La douce voix et l’interprétation mielleuse de la tragique Son bleu par Calogero est carrément barbante. Le leader d’Indochine Nicolas Sirkis est aussi très ordinaire avec P’tite conne, qui lui cause des ennuis de débit.

Heureusement, il y a Arthur H (Mon HLM), Olivia Ruiz (Adieu Minette), Emily Loizeau (It is not because you are) et la Bretonne Nolwenn Leroy (J’ai la vie qui me pique les yeux) pour nous faire réaliser – de nouveau – à quel point Renaud est un merveilleux auteur de grandes chansons.

Cet excellent documentaire montre où en est Renaud, retrace son enfance, son parcours, ses joies et ses peines. Un destin pas ordinaire.

Cet autre documentaire, le Rouge et le noir, raconte la même histoire, mais cette fois de la bouche du chanteur lui-même.

On ne peut que lui souhaiter le bonheur, de quelque forme que ce soit. Sincèrement.

 

la-bande-a-renaud-volume-2

ARTISTES VARIÉS
La bande à Renaud, volume 2
(Mercury, 2014)

-Genre : chanson française
-Dans le même genre que les autres hommages aux grands auteurs-compositeurs-interprètes comme Alain Bashung, Serge Gainsbourg ou Jane Birkin

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.