Voici celui qui pourrait bien devenir un nouveau Jean Leloup au Québec. Mehdi Cayenne est un jeune auteur-compositeur-interprète qui a la même fougue (La pluie), la même originalité et une folie aussi belle que notre roi pompon adoré. Ses compositions ne sont pas formatées. Mehdi Cayenne est imprévisible, et on aime ça!

Le premier album de ce jeune homme né en Algérie en 1987 et ayant grandi à Montréal, Moncton et Ottawa combine des influences diverses: on y entend la sensibilité d’un -M-, des mélodies aussi fortes que chez un Alex Nevsky et un flot de paroles souvent un peu parlées, ou propulsées, à la Leloup. « Aube » est un recueil de chansons très différentes les unes des autres, mais pourtant cohérentes. Ce qui les unit est la voix unique qui émane de celui s’appelle Mehdi Hamdad.

Je n’entends pas par là qu’il a un timbre de voix spécial (comme Benoit Pinette de Tire le coyote, par exemple), mais plutôt que l’ensemble de son œuvre sur « Aube » montre qu’on a ici affaire avec un musicien qui apporte quelque chose d’unique. Un peu comme Philémon Cimon ou Bernhari, mais dans un autre registre musical.

 

Voici comment il décrivait son band, le Mehdi Cayenne Club, alors un trio, sur son site web : « Mehdi Cayenne Club c’est un Pa-klow intergalactique à fleur de peau, sérieux et souriant. Ça groove funk, ça varge punk, ça hurle pop puis ça chuchote folk. » OK!

Les morceaux de Mehdi Cayenne sont tous passionnés. L’entendre s’égosiller à la fin de Crève-coeur n’est pas un moment formaté. C’est le guts qui parle, sur le talent. On sent souvent, mais vaguement l’influence d’un Jean Leloup tout au long d’« Aube ». Sur Les heures impossibles, c’est particulièrement évident, autant dans le style de poésie que dans la façon de livrer le texte.

« Aube » est son premier opus solo, suite aux deux qu’il a sortis avec son trio : « Luminata » (2011) et « NA NA BOO BOO » en 2013. Comme comédien, il est sélectionné au prix Rideau 2010 pour Meilleure Interprétation, et remporte le Prix artiste en émergence. Il a aussi eu la chance d’être invité en résidence à Astaffort (France) auprès notamment de Francis Cabrel et de Grand Corps Malade, puis de faire les premières parties de Saul Williams à New York.

On a ici tout un talent et une personnalité unique. Hyper expressif, joueur et énergique. Un gars à suivre de près. Tenez-le-vous pour dit!

MEHDI CAYENNE
Aube
(Pasa Musik, 2015)

-Genre : folk rock éclectique
-Avec des éléments de Jean Leloup, -M-, Alex Nevsky

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.