Dès ses débuts en 2011, Caila Thompson-Hannant a causé un buzz. La multi-instrumentiste qui œuvre sous le nom Mozart’s Sister faisait tourner les têtes avec sa musique électro qu’elle conçoit et exécute seule, autant sur scène que sur disque. En pleine vague new wave moderne féminine avec des Austra, Grimes et St. Vincent en tête d’affiche, Mozart’s Sister fait office d’artiste émergente prometteuse.

La Montréalaise du Mile-End chantait déjà sur les petites scènes extérieures du festival Pop Montréal en 2012 connaissant un succès d’initié, grâce en partie à une performance inspirée et une présence scénique indéniable. À ce niveau, on pourrait la comparer à Merrill Garbus de tUnE-yArDs. Caila Thompson-Hannant avait auparavant joué des claviers avec Shapes & Sizes, Miracle Fortress et Think About Life.

Musicalement, c’est bien plus dans la cour des artistes néo-new wave comme Austra, Grimes (une amie proche, paraît-il), Empress Of ou Chvrches (en beaucoup moins pop) que Mozart’s Sister se situe. Son nouvel album “Being” ne fait que confirmer ce positionnement avec ses nombreuses chansons entièrement électroniques. Assez souvent, les rythmes sont saccadés, et conséquemment, la musique pas toujours évidente au premier abord. Mais une fois rendus à la troisième, quatrième écoute, moins surpris par ses audaces, on y découvre une chanteuse hyper polyvalente (la douce A Move, qui rappelle un peu Gaga), et une musicienne talentueuse. Le rap (et les références sexuelles) en moins, Mozart’s Sister fait aussi un peu penser à Peaches. Du côté masculin, on évoquera Black Atlass, Majical Cloudz ou Un.

mozarts-sister-photo-2014

Photo: Vanessa Heins

Ce mouvement est tellement influencé par les années 80 qu’on ne peut pas s’empêcher de penser aux Depeche Mode, Cure et Thompson Twins ici et là, notamment sur l’accrocheuse Bow a Kiss. Il y a même un peu de Madonna quelque part dans le mix, bien que Mozart’s Sister soit beaucoup moins pop que tout ce qu’a fait la madonne. Le manque (volontaire?) de vers d’oreille fait aussi penser à Björk.

Un disque intéressant si on accepte de s’y investir plus qu’une écoute, et à condition d’apprécier les musiques froides des claviers et beatbox rétro, puisque “Being” en regorge.

Mozart’s Sister sera en concert au Cabaret du Mile-End, le 19 septembre 2014, en compagne de PS I Love You, Grey Lands et The Rural Alberta Advantage, dans le cadre de Pop Montréal (infos ici).

mozarts-sister-being-cd

MOZART’S SISTER
Being
(Paper Bag, 2014)

-Genre: electro new-wave
-Dans la même foulée que Austra, Black Atlass, Grimes

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.