Les fans de Neil Young qui le suivent depuis des décennies, comme moi, qui suit fan depuis mon adolescence, jouant ses morceaux à la guitare, sont toujours un peu inquiets lorsque le Grand Canadien publie un album. Sa carrière est parsemée de coups de génie, comme de citrons.

Profilique (et un peu désorganisé?), Young a pris l’habitude ces derniers 10 ans de publier un peu tout ce qu’il fait, sans auto-censure. Une expérience conceptuelle enregistrée chez Jack White, un album d’ambiance sonore avec Daniel Lanois, puis, un nouveau band en Promise of the Real, mené par les deux fils de Willie Nelson, Lukas et Micah. Un band qui ressemble beaucoup aux fidèles Crazy Horse dans les moments électriques (Stand Tall), et qui s’adapte bien aux beaux moments folk dont Neil Young a le secret (Change of Hearts). Promise of the Year avait accompagné Young sur l’album “The Monsanto Years”.

 

“The Visitor” ressemble pas mal au fabuleux “Freedom” de 1989 dans sa forme. Carnival est un pastiche dans lequel Young est le narrateur d’une longue histoire, avec des personnages unique (cette fois un homme-canon, dans un cirque, arrière-grand-père de Evel Knievel), un peu comme dans Crime in the City (Sixty to zero part 1) il y a 27 ans. Children of Destiny mélange les violons dramatiques avec les guitares électriques plus mordantes, alors que Diggin’ a Hole est un blues qui rappelle This Note’s for You de 1988, en amont des années fastes de Neil Young.

 

Sur When Bad Got Good il ne peut s’empêcher un commentaire politique qui fait directement référence aux slogans anti-Hilary avec ses “lock ’em up” en choeur. On sait que Young n’a pas la langue dans sa poche, et ne s’est jamais gêné pour faire connaître ses allégences.

Ça fait du bien de retrouver un Neil Young en grande forme créative! L’homme est un tel monument, et il publie tellement de matériel (on parle pas moins de 8 albums dans les derniers 6 ans, pour un total de 39 albums studio depuis ses débuts en 1969, sans compter ceux avec Buffalo Springfield ni CSN&Y) que c’est rassurant de constater qu’il est en pleine maîtrise de son art.

neil young soil oil 2016

Quant aux gars de Promise of the Real, ils sonnent plus Crazy Horse que Crazy Horse dans les moments rock, et peuvent également épouser le style folk relax qui sied aux morceaux plus tranquilles de Neil Young (la belle Forever, qui clôt le disque). En plus des frères Nelson, Anthony LoGerfo est à la batterie, Corey McCormick à la basse et au chant alors que Tato Melgar s’occupe des percussions.

Fans du Grand Canadien, vous ne serez pas déçus avec “The Visitor”.

neil young the visitor

NEIL YOUNG / PROMISE OF THE REAL
The Visitor
(Reprise, 2017)

-Genre: rock engagé
-Dans le même genre que Bob Dylan, Grand Archives, Johnny Cash

Écoute et achat sur Google Play
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.