Parmi les gens les plus passionnés par la musique, il y a ceux et celles qui travaillent dans l’industrie: chez les labels, les relationnistes de presse, les promoteurs de concerts, les gestionnaires de salles de concerts, les journalistes culturels, etc. RREVERB propose une série d’entrevues avec les artisans passionnés de la musique.
Aujourd’hui, rencontrons…

PATRICE AGBOKOU

Quel est votre rôle dans l’entreprise musicale où vous travaillez et depuis quand y œuvrez-vous ?

Je suis facilitateur et l’homme à tout faire, c’est-à-dire gérant d’artistes et agent d’artistes à PASA Musik. Depuis 2007, mais sérieusement depuis 2010.

D’où êtes-vous et où vivez-vous maintenant ?

D’origine togolaise/ ghanéene, vivant maintenant à Brossard

Quand avez-vous commencé à travailler dans l’industrie musicale ?

J’ai débuté ma carrière en 1993 en tant que bassiste pour divers groupes de “cover “ locaux (Dr.Sax, Freddie James & the fusion 3, Open Wide, etc). C’est vraiment plus tard que j’ai commencé à graviter du côté de la gérance et du booking d’artiste.

Quand avez-vous commencé à aimer la musique?

Depuis toujours, mais ça s’est surtout manifesté lorsqu’un oncle, venu de France, a laissé son piano à la maison lorsque j’étais enfant. Ma mère et mon frère ainé en jouaient de temps à autre et c’est à ce moment que la curiosité et l’envie de reproduire les sons musicaux que j’entendais autour de moi et dans ma tête débutèrent.

Trill Or

avec Mehdi Hamdad du Mehdi Cayenne Club

À 20 ans, quel était votre rêve (dans le domaine musical)?

De voyager à travers le monde grâce à la musique.

Avez-vous été musicien/enne? Racontez-nous votre carrière.

J’ai débuté ma carrière de musicien lors de mes études au Cégep Vanier dans divers types de groupe. Par la suite, j’ai abandonné mes études universitaires (en musique à L’UdeM) pour aller jouer à l’international dans des groupes de reprises musicales dans le réseau des hôtels. Je suis d’abord allé au Maroc, à Agadir (pour une période de 3 mois) et par la suite, dans divers pays d’Asie du Sud-Est (pour une période de 7 ans). À mon retour en sol québécois, je me suis concentré à jouer avec des artistes et groupes de compositions originales gravitant dans les sphères marginales tels que Islands, Jean Leloup, Socalled, etc.

SUR L’INDUSTRIE MUSICALE

En vivez-vous?

Oui

Est-il encore possible aujourd’hui de gagner sa vie dans l’industrie musicale?

Est-il possible qu’une fleur pousse dans le désert? Lol!

Que faut-il faire pour y arriver?

Être autonome, savoir comment créer une demande et défendre ce qu’on veut apporter à l’industrie, et surtout, être patient et passionné.

Quelle(s) rencontre(s) a (ont) été déterminante(s) dans votre carrière dans l’industrie musicale?

Il y a eu plusieurs rencontres qui ont fait de moi qui je suis aujourd’hui. Mon professeur de basse électrique à l’Université de Montréal, Denis Labrosse, m’a aidé à instaurer une bonne discipline de travail et m’a introduit à l’industrie musicale du point de vue d’un pigiste. Ses enseignements m’ont été utiles jusqu’à aujourd’hui!

Du côté de la gérance et de l’agence, il y a Gourmet Délice (Bonsound), Eli Bissonnette (Grosse Boite/Dare to Care) et surtout Dan Seligman (Pop Montréal/Socalled/Club Roll music) qui m’ont inspiré dans leur façon de contribuer à l’industrie musicale. Je suis très heureux de les avoir rencontrés.

Qu’aimez-vous dans votre emploi / occupation actuelle?

J’aime contribuer à des projets et collaborer avec des personnes passionnées, talentueuses et respectueuses. Ça rend mon travail extraordinaire et plaisant!!

patrice agbokou katie moore socalled

Avec Katie Moore et SoCalled

Que changeriez-vous de l’industrie musicale d’aujourd’hui?

Rien. Le changement se manifeste organiquement. Cependant, j’essaie de changer ma façon de voir l’industrie actuelle pour mieux contribuer à une industrie vivante et en santé pour le futur.

Quel grand rêve n’avez-vous pas encore accompli?

D’amener un des artistes que je gère au point dans sa carrière où il sera reconnu par ses pairs ainsi que par un grand nombre du public.

Le vinyle, la cassette, le CD ou le digital?

Vinyle.

SUR LES ARTISTES ET LA MUSIQUE

Vos styles de musique préférés?

J’aime plusieurs styles de musique, je gravite surtout dans les divers types de musique alternative, marginale.

Est-ce que ç’a toujours été le cas dans votre vie?

Effectivement, depuis l’adolescence. Les groupes qui me touchaient n’étaient pas vraiment en rotations sur les radios commerciales. J’aimais écouter l’émission Nu musik de Claude Rajotte (et aussi de Benoit Dufresne avant qu’il quitte pour l’Ouest canadien) sur CHOM FM et où j’ai découvert plusieurs groupes qui ont changé ma vie.

Sur une île déserte, vous emmèneriez ces 5 albums (pas plus).

  • Treasure (Cocteau Twins),
  • Black Celebration (Depeche Mode),
  • From the Mint Factory (Mint Condition),
  • Clan Of Xymox,
  • Soro (Salif Keita)

Playlist!

Quel est l’artiste le plus sympathique que vous ayez rencontré?

Jean Leloup, réellement!

patrice agbokou jean-leloup

Le moins sympathique? Pourquoi?

Jusqu’à présent, j’ai été chanceux et je n’ai fait que de belles rencontres dans ce milieu. Encore une fois pour de vrai. Haha!

Quel artiste brillant aurait dû percer davantage, selon vous?

N’Gabô

Qui aimeriez-vous rencontrer?

Quincy Jones

Merci Patrice!

Pour en savoir plus sur les artistes dont Patrice facilite la vie, visitez le site web de Pasa Musik (cliquez sur le logo ci-dessous).

pasamusik

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.