« Don’t f*ck with the formula » a été la réponse de la maison de disques Capitol face à ce premier chef-d’œuvre des Beach Boys et de son compositeur de génie, Brian Wilson. Paru en mars 1965, «Today! » s’éloigne en effet du surf-rock joyeux des premières années de la carrière du groupe. La musique est plus travaillée, de nouveaux instruments sont intégrés dans un « Wall of Sound » à la Phil Spector et les textes sont plus introspectifs. On peut donc voir dans cet album une répétition générale avant « Pet Sounds », le magnum opus de Wilson, sorti l’année suivante.

Deux événements importants ont mené à cet album. Tout d’abord, Brian Wilson a commencé à consommer de la marijuana, ce qui aurait eu pour effet de stimuler son imagination déjà débordante. Puis, le 23 décembre 1964, il a vécu une crise d’anxiété lors d’un vol vers Houston. Cette première manifestation d’une maladie mentale qui allait l’affliger gravement d’ici quelques années l’a forcé à prendre du recul. Il a annoncé à ses collègues au début de l’année suivante qu’il ne ferait plus de tournées, afin de se concentrer exclusivement sur l’écriture des chansons et la réalisation des albums. Ainsi, Wilson a fait appel au Wrecking Crew, le groupe de musiciens de studio qui travaillait avec Spector. Les autres Beach Boys s’arrêteraient au studio entre deux tournées pour enregistrer les parties vocales.

beach boys

Cet album, le huitième du groupe, est divisé entre une face A (les six premières chansons du vinyle original) plus dansante et une face B composée de merveilleuses ballades introspectives. Do You Wanna Dance? ouvre le disque de manière énergique et nous expose à la brillante réalisation, dense mais claire. Le frangin de Brian, le batteur Dennis, est au chant. Carl, le plus jeune des trois frères, y va d’un superbe solo à la Chuck Berry. Dance, Dance, Dance est une autre chanson au rythme rapide portée par le jeu de guitare de Carl. Une simple mais efficace progression harmonique rend irrésistible Good To My Baby.

Une première version de Help Me, Ronda se retrouve aussi sur le disque. Une autre version, plus rapide et améliorée, se retrouvera sur le prochain album et connaîtra un grand succès. La réalisation est également géniale sur Don’t Hurt My Little Sister. La chanson la plus poussée de cette face A est sans contredit When I Grow Up (To Be A Man). La mélodie accrocheuse est produite par un délicat clavecin, avec des échos d’harmonica. De superbes harmonies vocales accompagnent ces paroles sur la peur et l’insécurité associées au fait de vieillir.

Do You Wanna Dance? (0:00)
Good To My Baby (2:22)
Don’t Hurt My Little Sister (4:41)
When I Grow Up (To Be A Man) (6:51)
Help Me, Ronda (8:56)
Dance, Dance, Dance (12:10)
Please Let Me Wonder (14:13)
I’m So Young (17:02)
Kiss Me Baby (19:35)
She Knows Me Too Well (22:20)
In The Back Of My Mind (24:49)

La face B débute avec la somptueuse Please Let Me Wonder, une des meilleures chansons du groupe (et qui serait la première que Wilson aurait composée sous l’influence de la marijuana). Des influences doo-wop se font entendre et une merveilleuse mélodie folk-rock porte un texte sur la nostalgie et l’incertitude. Souvent interprétée par des groupes féminins, I’m So Young est une géniale ballade que le groupe s’approprie.

She Knows Me Too Well est portée par le délicat chant de tête de Brian Wilson, où sa voix de fausset est à son meilleur (semblable en cela à la sublime Don’t Worry Baby, de 1964). Sur Kiss Me Baby, Brian a fait des arrangements vocaux d’un niveau supérieur, avec un texte langoureux. L’introspective et orchestrale In the Back Of My Mind est chantée par un Dennis vulnérable.

Brian Wilson se fera donc ramener à l’ordre pour s’être trop égaré de la « formule gagnante » : autos, filles et plages. Les deux autres albums de 1965 marqueront ainsi un retour en arrière pour les Beach Boys au point de vue des thèmes abordés. Musicalement, ils seront cependant presque aussi développés que «Today! », mais pas autant que « Pet Sounds ». «Today! » a donc marqué un important pas en avant pour Brian Wilson et les Beach Boys, ce qui les a momentanément placés devant les Beatles (« Rubber Soul » paraîtra en décembre) et les Rolling Stones (Satisfaction sortira en juin) pour la suprématie des groupes rock.

BeachBoysTodayCover
THE BEACH BOYS
Today!
(Capitol, 1965)

-Genre : Pop-rock sophistiqué
-Dans le même genre que The Beatles, The Mamas & The Papas, The Left Banke

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

THE BEACH BOYS : La répétition générale avant «Pet Sounds»
ORIGINALITÉ 95%
AUTHENTICITÉ 95%
ACCESSIBILITÉ 90%
DIRECTION ARTISTIQUE100%
QUALITÉ MUSICALE100%
textes90%
95%Overall Score
Reader Rating: (1 Vote)
89%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.