L’un des festivals les plus chaleureux, généreux et bourré de découvertes lance sa 31e édition le 11 juillet et promet d’excellents moments pendant les 2 semaines de sa durée! J’ai le plaisir et l’honneur de couvrir ce festival depuis une quinzaine d’années et j’y passe toujours de magnifiques soirées. Voici quelques concerts qu’il serait criminel de rater pour tout mélomane qui se respecte. En plus, certains sont gratuits!

D’abord 2 musts, 2 grands honneurs, 2 concerts qui ont de grandes chances d’être mémorables :

SEUN KUTI & EGYPT 80

19 Juillet, 2017 – 21:30 Scène TD (gratuit!)
Seun Kuti, fils du grand Fela, le roi de l’afro-beat « poursuit le combat de son père pour une Afrique “libre” et ajoute des sonorités plus contemporaines au funk-jazz du papa ». (FIP, 2017). Il présentera son dernier EP, « Strugge sounds », sorti en septembre 2016. Puissant.

seun kuti

Seun Kuti, digne fils de son père!

L’un des meilleurs concerts que j’ai vus dans ma vie, lorsqu’ils sont passés au Métropolis il y a quelques années! Le groupe Egypt 80 m’a complètement envouté, presque sournoisement d’ailleurs! Une ligne de basse s’élance, les percussionnistes trouvent leurs rythmes… et mine de rien, on se rend soudainement compte que notre corps est en transe, complètement contrôlé par la musique de ces experts du groove.

 

AMADOU & MARIAM

13 Juillet, 2017 – 20:30 au Métropolis (billets ici)

Ayant connu un succès planétaire avec la chanson Dimanche à Bamako, Amadou et Mariam sont de retour à Montréal pour présenter leur nouvel album. Bofou Safou, leur titre phare, évoque le surnom donné à « tous ceux qui ont un baobab dans la main et qui préfèrent danser plutôt que travailler ». Et pourquoi pas ?

 

Ensuite, des artistes excellents, en ordre chronologique, pour vous aider à faire vos choix parmi la belle programmation des Nuits d’Afrique :

ZISKAKAN

12 Juillet, 2017 – 20:30 au Balattou (billets ici)

Ziskakan est, depuis 35 ans, l’un des plus illustres représentants du Maloya. Littéralement investi de la mission de promouvoir et développer la culture créole, le groupe de Gilbert Pounia a fait le tour du monde au rythme du roulèr, tambour traditionnel au cœur du genre.

Pendant longtemps, le maloya fut banni par les autorités réunionnaises. Parmi ceux ayant choisi de se mobiliser en sa faveur et pour la reconnaissance de la langue créole, hier complètement niée par les élites locales, figure aux avant-postes le groupe Ziskakan, créé en 1979.

 

JESSE ROYAL

14 Juillet, 2017 – 21:00 au Théâtre Fairmount (billets ici)

Jesse Royal est l’une des figures de proue du Reggae Revival, ce mouvement, porté par les milléniaux, qui remet les racines africaines au cœur de la culture, dans la perspective d’un développement authentique, conscient, confiant et joyeux du pays.

 

LES TROIS FRÈRES CISSOKO – soirée acoustique

16 Juillet, 2017 – 23:00 au Balattou (billets ici)

Sadio, Fa et Noumoucounda Cissoko sont les descendants d’une des grandes familles de griots ouest-africaines. Ils rendent hommage à la tradition en lui insufflant une bonne dose de créativité. Multi-instrumentistes maîtres de la kora et des percussions, ils jouent avec leurs instruments et leurs voix avec une dextérité et un panache désarmants.

EMEL MATHLOUTHI

18 Juillet, 2017 – 20:00 au Théâtre Fairmount (Billets ici)

L’indomptable Emel Mathlouthi revient avec son 2e opus, Ensen (humain). Cet album de chansons, appuyé d’une électro recherchée, souligné de percussions tunisiennes quasi tribales, est celui d’une rebelle touche-à-tout, fondamentalement libre.

 

ZAL SISSOKHO ET BUNTALO

21 Juillet, 2017 – 18:30 Scène TD (gratuit!)

« Cette kora est devenue le symbole de l’amitié existant au cœur de la grande famille humaine ». Ce petit mot, dans le livret de son 3e album, Le Palabre, résume tout le sens qui se dégage de la musique afro-mandingue que le griot montréalais tire des 21 cordes de sa kora : un appel au dialogue et à la solidarité.

L’un de ses ancêtres fut le premier joueur de kora de l’histoire, et son frère Younoussa fut, dans les années 1980, le premier griot à venir s’installer au Québec. Au Sénégal, la famille des Sissokho est l’une des plus importantes représentantes des griots, ceux qui transmettent oralement l’histoire du peuple mandingue depuis des siècles.

 

BANDIDAS

21 Juillet, 2017 – 21:00 au Théâtre Fairmount (Billets ici)

Bandidas est le duo explosif né de la rencontre et de l’admiration mutuelle de deux artistes qui avaient déjà une belle carrière solo derrière elles : Bïa, la Brésilienne, et Mamselle Ruiz, la Mexicaine. Ensemble, elles revisitent depuis leur rencontre en 2016 le répertoire de la musique latine et mêlent leurs voix et leurs compositions dans des spectacles envoûtants.

 

DJMAWI AFRICA

22 Juillet, 2017 – 20:00 Scène TD (gratuit)

C’est en 2004, lors d’un concert étudiant que Djmawi Africa se forme à Alger : Djamil et sa guitare, Fethi et son violon, Zouhir et sa derbouka sont spontanément rejoints par Abdou à la guitare électrique, Mehdi aux percussions et Karim à la basse. La rencontre est euphorique et le cours des choses s’emballe. Lamine le percussionniste, Moh le batteur et M’hamed le clarinettiste et saxophoniste s’ajoutent bientôt à la petite troupe. Ensemble, ils offrent au public des performances réjouissantes et revendiquent une même idée : l’origine africaine de l’Algérie.

Ils étaient au Festival International de Jazz de Montréal plus tôt ce mois-ci. Cette joyeuse bande festive fait facilement lever la foule avec une musique métissée, entre rock, world/ska et airs typiques de la musique magrébine.

DJMAWI AFRICA – Le plein d’énergie

 

SIDI WACHO

22 Juillet, 2017 – 21:30 Scène TD (gratuit)

On ne peut imaginer plus affranchi que ce groupe ! Un chanteur de cumbia chilien, une trompette aux accents balkaniques, des percussions, un accordéon, un DJ, et bien sûr, les phrasés hip-hop de Saïdou Dias… Sidi Watcho dénonce les inégalités sociales dans une déferlante de rythmes festifs et grisants.

 

LASSO ET SINI-KAN

23 Juillet, 2017 – 20:30 au Balattou (Billets ici)

Lasso & Sini-Kan a su créer une musique unique, entre la tradition mandingue et un groove très actuel. Ce style, le groupe a décidé de le baptiser « Fusion Reggae Afro Mandingue Métissée : FRAMM. Cette variété d’origines et d’instruments est l’emblème de Sini-Kan. Tous signés par Lasso, les morceaux sont un habile mélange de sonorités traditionnelles d’Afrique de l’ouest et de mélodies et rythmes occidentaux. Contre toute attente, la flûte peule s’accorde parfaitement avec les instruments rock, portée par la voix de Lasso, chaude et douce à la fois. Des sonorités uniques offertes par une formation attachante et entraînante.

 

 

Textes tirés du site officiel du Festival International Nuits d’Afrique
Photos prises des comptes Facebook officiels des artistes

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.