L’un des fleurons du rock indépendant montréalais est sans conteste le groupe Thus Owls, mené par Simon Angell — un ancien complice de Patrick Watson — et sa conjointe Erika Alexandersson, une ancienne choriste de Loney, Dear, originaire de Suède. On connaît la belle histoire: Angell, en tournée avec Watson, tombe amoureux de la jolie Suédoise, et lâche tout pour rester avec elle. Aujourd’hui, ils vivent à Montréal où ils cumulent les albums de musique créative, sous le nom Thus Owls (originalement écrit Thus:Owls). L’une des formations d’ici au potentiel mondial.

Thus-Owls-Nick-Helderman-4

photo: Nick Helderman

Après deux magnifiques albums, « Harbours » et « Turning Rocks », parus coup sur coup en 2011 et 2014, le couple récidive avec un EP de six titres, intitulé « Black Matter ». Un opus dont la première écoute est beaucoup plus ardue que les premiers albums. Un traitement sonore beaucoup plus industriel (sur la pièce titre, notamment), beaucoup plus sombre, voire presque inquiétant par moments. La voix d’Erika a toujours ce magnétisme irrésistible qu’on retrouve aussi chez les Feist, Björk et Lykke Li (Shields).

 

Il y a aussi beaucoup moins de guitares, au sens rock du terme sur ces 6 morceaux. Angell laisse beaucoup de place aux claviers (Vector) et aux ambiances. Probablement des effets qu’il obtient de sa guitare? La batterie est assurée par Liam O’Neill et on entend Stefan Schneider à la basse sur ce mini album. Ce dernier a contribué à la composition des pièces, avec le couple Angell.

À bien des égards, Thus Owls se renouvelle, sans perdre de vue le cap artistique qu’ils se sont donné. Les mélodies sont peut-être un peu moins accessibles que par le passé. Il faut par contre reconnaître que les joyaux imaginés par Simon et Erika prennent parfois plusieurs écoutes attentives, dans le bon état d’esprit, avant d’éclore (Turn Up the Volumes).

Voici quelques chansons du groupe, en clip ou en concert.

 

« Black Matter » est un nouveau jalon dans la démarche de Thus Owls. Six autres titres qui s’ajoutent à la trentaine des premiers opus (« Cardiac Malformation » avait été lancé en 2009). Peut-être pas l’album que je recommanderais pour faire connaissance avec le duo, mais du bonbon pour leurs fans, qui devraient se régaler de ces nouveautés.

À venir sous peu, une entrevue exclusive avec Thus Owls sur RREVERB! Surveillez l’ajout ici.

THUS OWLS
Black Matter EP
(Secret City, 2015)

-Genre: indie rock atmosphérique
-Dans le même esprit que PJ Harvey (travaux récents), Lykke Li, Feist

Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers la chaîne YouTube du label

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.