Depuis une dizaine d’années, j’ai beaucoup apprécié les groupes dont les chanteurs possédaient un panache vocal, une certaine élégance dans leur façon de chanter, un beau lyrisme. Jonathan Meiburg de Shearwater est l’un de mes préférés dans ce genre. D’autres aiment Rufus Wainwright pour sensiblement les mêmes raisons (moi pas). Morrissey est l’un des grands dans ce domaine.

Guy Garvey, du groupe Elbow, reprend un peu le meilleur de Shearwater, avec l’ambiance plus sombre à la The National (This Blue World), et même le timbre de voix de Peter Gabriel (Charge). Le nouvel album d’Elbow, « The Takeoff and Landing of Everything » regorge de chansons longues et bien développées, aux mélodies fortes et aux sonorités captivantes (Fly Boy Blue / Lunette).

Des chansons de 6 ou 7 minutes qui prennent le temps de s’installer dans votre oreille et y rester. Des morceaux qui ont du panache, mais qui ne sonnent pas prétentieuses. On sent plutôt la maturité de musiciens dont la maîtrise est passée à un autre niveau, comme on le sent aussi chez les Bad Seeds de Nick Cave, chez Tindersticks ou Radiohead. T’écoute ça et tu dis « wow, c’est du solide ». Bien plus que ce que font les Bastille ou Imagine Dragons, dont le buzz ne fera que passer.

elbow-band-2014

« The Takeoff and Landing of Everything » n’est pas exagérément sombre. Ce n’est pas un album conçu pour plaire aux masses, mais pourtant c’est assez sûr qu’il plaira énormément, notamment à tous ceux qui aiment la musique bien faite. « The Takeoff and Landing of Everything » ira rejoindre autant les fans d’indie rock que ceux qui aiment le rock progressif (New York Morning).

Les cinq Anglais d’Elbow jouent ensemble depuis 1990, mais ne se sont mis à sortir des disques sous ce nom en 1997. En 2008, ils remportent le prestigieux Mercury Music Prize pour l’album “The Seldom Seen Kid”, et l’année suivante, le titre de meilleur groupe britannique aux Brit Awards.

Elbow prend ici la place de groupes ou artistes qui sont plus ou moins présents actuellement, comme Coldplay, Peter Gabriel, Tindersticks, The National et Shearwater (qui viennent de sortir un album malheureusement ordinaire, le seul de leur histoire).

Un grand disque (avec une pochette moche, malheureusement).

 

elbow-the-takeoff-and-landing-of-everything-cd

 

 

 

 

 

ELBOW
The Take Off and Landing of Everything
(V2, 2014)

-Genre: rock

-Lien vers l’achat en ligne (iTunes)

Suivez Elbow sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.