Quelle extraordinaire année 2014 nous avons eu en musique! Choisir seulement 10 albums a été extrêmement difficile, tant la qualité a été phénoménale cette année. Pour me simplifier quelque peu la tâche, j’ai décidé de ne pas inclure les EP, dont certains très bons sont parus, notamment Moonface, Grand Blanc et Tristan Malavoy. Je n’ai pas non plus inclus d’albums de musique classique, puisque je considère que je n’en ai pas écouté une assez large échantillon, même si j’ai parlé de quelques très bons albums dans les derniers mois (à lire ici, ici et ici). Je suggère finalement six albums qui ont raté de peu mon Top 10.

Vous constaterez rapidement que, pour moi, cette année 2014 a été dominée par de grands crus de la musique québécoise. Au-delà du chauvinisme, la musique québécoise a été amenée vers de nouveaux horizons par des nouveaux venus, des jeunes vétérans et des artistes bien établis. Espérons que ce standard de qualité se poursuive en 2015!

10-BERNHARI – « BERNHARI »

Certains ont eu la chance de le découvrir en première partie de Fontarabie aux dernières Francofolies, mais d’autres, comme moi, ont eu toute une surprise en découvrant son premier album! Apparemment sorti de nulle part, ce Bernhari nous a offert un album cohérent, articulé autour d’une mystérieuse Kryuchkova qu’il rencontre lors d’une manifestation du Printemps étudiant de 2012. Histoire d’amour et histoire d’idéaux détruits à coups de matraques se mêlent, avec une instrumentation mélangeant le shoegaze et le indie-rock. Même si la voix maniérée de Bernhari ne plaira pas à tous, c’est un très bon premier album!

9- ANGEL OLSEN – « BURN YOUR FIRE FOR NO WITNESS »

Le deuxième album de l’Américaine est paru au début de l’année, et ne m’a pas quitté depuis. J’aime bien la diversité des ambiances, avec des pièces à la Leonard Cohen (White Fire) et d’autres beaucoup plus rythmées, aux sonorités country-grunge (Forgiven/Forgotten et Hi-Five). Ailleurs, on la sent à fleur de peau (Windows et Unfucktheworld). Bref, un superbe album!

8- HÔTEL MORPHÉE – « RÊVE AMÉRICAIN »

Enivrant et envoûtant, le deuxième album complet d’Hôtel Morphée est le signe d’un groupe qui ne craint pas de se renouveler. Le quatuor a durci le ton et le son, tout en devenant plus accessible. Des sonorités électroniques s’insèrent dans des sonorités pop-rock de qualité, avec une brillante réalisation de Philippe Brault. En prime, ce disque contient une de mes chansons préférées de l’année : Hôtel.

7- MARA TREMBLAY – « À LA MANIÈRE DES ANGES »

J’avais hâte à son nouvel album, cinq ans après le très bon « Tu m’intimides ». Ce nouvel opus de Mara Tremblay ne m’a pas déçu. Avec Olivier Langevin, son complice de toujours, elle a su construire des chansons luxuriantes qui ont été comme un baume sur son âme – et sur celle des auditeurs. Doux, paisible et serein, cet album est sûrement son meilleur en carrière.

6- TIMBER TIMBRE – « HOT DREAMS »

Le groupe montréalais a frappé fort avec son cinquième album. La voix grave et envoûtante de Taylor Kirk domine l’album et lui donne une couleur particulière. Créée par cette voix captivante et par la musique minimaliste, une ambiance souvent menaçante enveloppe l’album.

5- PHILÉMON CIMON – « L’ÉTÉ »

Apparu en plein de mois de janvier, « L’Été » aura réchauffé nos cœurs avec sa poésie adroite et ses superbes arrangements. Philémon a su s’entourer d’une équipe de musiciens hors pair, avec Philippe Brault à la réalisation. La musique sert toujours ses textes, qui sont d’une grande qualité. Toujours à fleur de peau, Philémon m’a complètement transporté dans son univers. Annoncé aujourd’hui, le spectacle avec le Quatuor Molinari sera assurément un grand moment, le vendredi 1er mai (plus de détails ici).

4- PHILIPPE B – « ORNITHOLOGIE, LA NUIT »

Avec ou sans échantillonnage de musique classique, Philippe B nous prouve, avec son quatrième album, que la force de sa musique se trouve dans ses compositions. Philippe B semble toujours trouver le mot et la formule appropriée pour chaque chanson. Il ne craint pas non plus d’en faire moins pour en dire plus. Sur cet album, les vents ont remplacé les cordes, qui étaient beaucoup plus présentes sur le désormais classique « Variations fantômes ». Travaillant avec la pression des attentes, Philippe B a su livrer un autre petit bijou.

3-ELBOW – « THE TAKE OFF AND LANDING OF EVERYTHING »

Le quintette de Manchester a fait les choses en grand avec son sixième album. Semblable à celle de Peter Gabriel, la voix de Guy Garvey est saisissante, en fusion totale avec la musique. C’est un disque très atmosphérique, qui demande une écoute attentive (plusieurs des pièces font de six à sept minutes). Les arrangements et les constructions des chansons sont fort ingénieuses, donnant un transcendant indie-rock à la sauce progressive. Très populaire dans son pays d’origine, Elbow est malheureusement encore peu connu en Amérique du Nord.

2-SALOMÉ LECLERC – « 27 FOIS L’AURORE »

Superbe disque automnal de Salomé Leclerc, son deuxième. La musique est teintée de sonorités électro, mais laisse aussi une grande place à la guitare de Salomé. La réalisation et les arrangements, signés Salomé et Philippe Brault (encore lui!), sont excellents. Comme Elbow, on doit écouter cet album à tête reposée, mais une fois que ces chansons s’insinuent en nous, elles ne nous quittent plus.

1-BOB DYLAN – « THE BOOTLEG SERIES, VOL. 11 : THE BASEMENT TAPES RAW »

À proprement parler, ce n’est pas de la « nouvelle » musique (certains parlent de réédition, même si le terme est plus ou moins approprié ici), mais comment ne pas saluer la sortie officielle des enregistrements que tous les fans de Dylan attendaient depuis 47 ans? On préférera la version écourtée (« Raw ») à la version complète, notamment pour sa concision et son prix moindre. La version complète comprend aussi bon nombre de pièces pratiquement inaudibles, à la qualité sonore médiocre. La version courte comprend 38 chansons, toutes excellentes. On pourra y entendre pour la première fois les divines Sign On The Cross et One For The Road. La reprise de One Too Many Mornings, une superbe pièce que Dylan a écrite en 1964, est magnifique, avec Richard Manuel qui chante le premier couplet. Aucun disque sorti en 2014 n’a égalé ces performances!

 

Six albums qui ont raté de peu mon Top 10 :

Spoon – « They Want My Soul »

Dany Placard – « Santa Maria »

Lykke Li – « I Never Learn »

Serge Fiori – « Serge Fiori »

Patrice Michaud – « Le feu de chaque jour »

The War On Drugs – « Lost In The Dream »

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.