Le voilà, ce fameux top 25 de mes albums préférés de l’année 2015… Chaque année, c’est toujours un supplice d’évaluer les coups de cœur, de tenter de les mettre en ordre… Dans deux semaines, si je refais le même exercice, l’ordre aura changé, peut-être que certains se seront ajoutés…

Le premier défi est d’écouter un nombre hallucinant d’albums. D’abord pour trouver les meilleurs, puis pour donner la chance à un maximum d’artistes de se faire valoir. On en a reçu au-delà de 2000 cette année, et ce fut un plaisir de chercher les perles rares et grands crus parmi toutes ces nouveautés. Il y en a encore tant que je n’ai pas eu le temps d’écouter…

Voici ceux qui m’ont touché, je ne saurais dire pourquoi (enfin si, un peu)… Je vous les recommande tous, parce qu’ils sont la crème de la crème, parmi les opus parus en 2015.

1.    LOW / Ones and Sixes (Sub Pop)

J’ai toujours aimé Low. Depuis longtemps. Sur « Ones and Sixes », ils utilisent le spectre entier de leur palette musicale. Les guitares électriques ne sont pas timides sur la belle et tragique No Comprende. Des morceaux comme Landslide, qui clôt l’album, sont carrément épiques. Du panache comme Lou Reed en avait sur ses derniers albums. (suite ici)

 

2.    LIANNE LA HAVAS / Blood (Warner)

Cette magnifique chanteuse soul née à Londres a tout ce qu’il faut pour réussir. Belle comme une fleur, sensuelle sans être vulgaire, talentueuse et habile au chant comme à la guitare. Un champ de possibilités s’ouvre devant elle, à seulement 25 ans. (suite ici)

 

3.    THE HELIO SEQUENCE / The Helio Sequence (Sub Pop)

Their perfect blend of dreamy vocals and upbeat guitars makes me relax without getting sleepy. They have the same musical qualities than bands like Grizzly Bear or Travis with strong melodic songwriting abilities. (read more)

 

4.    OLAFUR ARNALDS & ALICE SARA OTT / The Chopin Project (Mercury Classics)

Magnifique. Aussi beau que ce qu’ont fait Gonzalez, Satie et Patrick Watson au piano. Oser réinventer Chopin… fallait le faire! Et c’est réussi. (suite ici)

 

5.    MELODY GARDOT / Currency of Man (Verve)

Jazz singer Melody Gardot signed one of the most interesting albums of the year. Her unique blend of pure jazz ballads (Morning Sun), cool soul funk songs (It Gonna Come) and haunted pop songs (the brilliant Same To You) brings the listener into various moods. Her art just became a few notches darker with this new album. (read more)

 

6.    LOU DOILLON / Lay Low (Barclay)

Lou Doillon has a unique voice. The type of voice you notice the first time you hear it. It is kind of smoky, mysterious, and somehow rugged. Whether she’s signing smooth night ballads (Robin Miller) or more upbeat songs (Good Man), the long tall brunette captures attention. (read more)

7.    MOON DUO / Shadow of the Sun (Sacred Bones Records)

This San Francisco duet, composed of singer-guitarist Ripley Johnson and singer-keyboardist Sanae Yamada are masters at the art of creating catchy indie rock that mixes your brain cells so much that you can almost get dizzy (or grow a headache) if you are not totally embracing their music. (read more)

 

8.    KEITH RICHARDS / Crosseyed Heart (Republic Records)

Dès le départ, la pièce titre donne le ton: un magnifique blues acoustique, 100% solo, amène Richards dans un degré d’intimité et de dépouillement jamais vu. « Crosseyed heart » est-il aussi bon que « Talk is Cheap »? Non. Clairement, l’homme est ailleurs. Beaucoup plus au crépuscule de sa vie, dans un mode de réflexion (Suspicious) que dans un mode rock’n’roll fougueux. Mais ce qui est beau à voir est que Richards a l’âme en paix. (suite ici)

 

9.    CALTÂR-BATEAU / La bavure des possessions (indépendant)

Faut-il obligatoirement être un étudiant de Cégep qui grille ses cours au café étudiant pour apprécier le délire de Caltâr-Bateau? C’est sûr que ça aide… Mais pas que. Visiblement, ces sept musiciens ont une formation instrumentale assez poussée pour penser à créer une musique aussi riche autant au niveau de la composition que des arrangements. (suite ici)

 

10.    GIOVANNI GUIDI TRIO / This is the Day (ECM)

Ce trio fait de la « délicatesse affirmée », c’est-à-dire qu’ils proposent un jeu subtil et nuancé, mais bien ferme et posé. Chaque note a été voulue ainsi, désirée ainsi. Pour moi, une grande partie de ce que j’appelle la virtuosité est là: dans la transcendance de l’instrument dans l’intangible. Quand la musique devient une enveloppe corporelle (qu’elle soit zen ou violente, peu importe) au lieu d’une série de notes, on est ailleurs et on touche au divin. (suite ici)

 

11.    TIRE LE COYOTE / Panorama (La Tribu)

Une voix unique, une poésie touchante, un tout perturbant. Une grande émotion digne des Richard Desjardins et autres rares grandes plumes d’ici. (suite ici)

 

12.    PATRICK WATSON / Love Songs for Robots (Secret City)

Entouré par les excellents Robbie Kuster (batterie), Mishka Stein (basse) et Joe Grass (guitare), le prodige du Mile-End signe un autre merveilleux recueil de musique de qualité, entre l’astmosphérique et le jazz. Patrick Watson mêle les influences de Pink Floyd et de Sigur Rós avec un naturel et un humour désarmants.

 

13. VILLAGERS / Darling Arithmetics (Domino)

“Darling Arithmetic” est un très bel album, entièrement écrit, enregistré, mixé dans son studio personnel. Il y joue de tous les instruments. Chaque morceau est fort. Fort par sa vulnérabilité, par la beauté des mélodies, par l’intimité transmise par la voix de cet habile chanteur qui mise beaucoup plus sur l’authenticité que la puissance ou la technique. (suite ici)

 

14.    KINSKI / 7 (or 8) (Kill Rock Stars / Sub Pop)

Kinski is a rock band in the true sense of the word. You sense right from the first chord that these guys don’t anything else in life than look for the perfect sonic feeling, for the best riff or beat. Then, they get their rock machine going. Simple. To the point. (read more)

 

15. ALGIERS – Algiers (Matador)

 

16.    VIET CONG / Viet Cong (Jagjaguwar) lire ici

 

17. SHILPA RAY / Last Year’s Savage (Northern Spy)

Dès la première chanson, Burning Bride, je suis happé par cette voix qui transperce l’air, une voix aussi impressionnante que celles de Nina Simone ou Édith Piaf. Une fois qui marque. Nasillarde, mais puissante (Johnny Thunder’s Fantasy Space Camp). Shilpa Ray peut agripper le taureau rock par les cornes, comme elle peut créer des ambiances complètement glauques et spéciales. (suite ici)

 

18.    MIKAL CRONIN / MCII (Merge) lire ici

 

19.    FATHER JOHN MISTY / I Love You Honeybear (Sub Pop) lire ici

 

20.    A PLACE TO BURY STRANGERS / Transfixiation (Dead Ocean)

Digne héritier de la vague punk trash new wave des Birthday Party, Crime and the City Solution et autres Cramps, A Place to Bury Strangers cultive un son sombre et industriel. Un titre comme Deeper rappelle autant Nine Inch Nails que Nick Cave. On plonge dans un univers sans merci. Les guitares deviennent presque des tronçonneuses, la batterie, de la machinerie lourde. (suite ici)

 

21. HARRY MANX / 20 Strings and The Truth (Dog My Cat Records)

The essence of this new album, his 13th in his 25 year-long career, is the perfect mix between his guitar, often acoustic, and his Mohan Veena (that 20 string instrument invented by Vishwa Mohan Bhatt). Harry Manx isn’t into gimmicks. He’s not making an album for us to do yoga. He’s simply making beautiful and soulful songs, mostly instrumental, that makes your spirit go higher, or deeper, however you see it. (read more)

 

22.    MEHDI CAYENNE / Aube (Pasa Musik)

Avec son talent évident et ses influences qui varient entre Malajube, Jean Leloup, un brin de musique maghrébine, une touche d’Alex Nevsky et de -M-, c’est une voix nouvelle qui arrive à nos oreilles, sous le nom Mehdi Cayenne (sans le Club, dorénavant). C’est un personnage unique qui débarque dans le paysage musical québécois, qui fera sa marque assurément!

 

23. FLORENT VOLLANT / Puamuna (Instinct Musique)

Florent Vollant est en train de devenir notre JJ Cale, notre Neil Young. En solo, sa touche s’est encore plus affinée au point où chaque chanson est un petit bijou bien poli. On le comparerait sans peine aux Francis Cabrel de ce monde pour ce qui est de faire danser les mots sur une mélodie. Et il est grandement temps de reconnaître son talent, de célébrer sa musique, d’en savoir plus sur sa perspective de la vie. (suite ici)

 

24.    ALOA INPUT / Mars Etc. (Morr Music)

Le premier élément gagnant d’Aloa Input, chanson après chanson, est la créativité. Cico Beck, Marcus Grassl et Florian Kreier rivalisent d’ingéniosité et habillent leurs morceaux de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. C’est psyché, c’est rock, c’est doux, ça fuzz… Parfois tout cela dans le même morceau! (suite ici)

 

25.    SOPHIE HUNGER / Supermoon (Two Gentlemen)

L’une des artistes les plus fascinantes de la planète folk est Suisse et s’appelle Sophie Hunger. La grande force de Hunger réside dans la qualité de son interprétation; cette musicienne habite ses chansons de façon très intense. Ça s’entend, ça se sent. (suite ici)

 

AUTRES ALBUMS DIGNES DE MENTION:

JORDAN OFFICER / Blue Skies (indépendant) ici
JEAN LELOUP / À Paradis City (Grosse Boîte) ici
AERO FLYNN / Aero Flynn (Ooh La La Records) ici
HINDI ZAHRA / Homeland (Parlophone) ici
MYRIAM ALTERS / Crossways (Justin Time)
JOSS STONE / Water for the Soul (Stone’d Records / Sony) ici
BEARS OF LEGEND / Ghostwritten Chronicles (independent) ici
DOLDRUMS / The Air Conditioned Nightmare (Sub Pop) ici
THE BAD PLUS JOSHUA REDMAN / The Bad Plus Joshua Redman (Nonesuch) ici
LEON BRIDGES / Coming Home (Sony) ici
BLICK BASSY / Hongo Calling (World Connection) ici
WHITEHORSE / Leave No Bridge Unburned (Six Shooter Records) ici
MARIE-PIERRE ARTHUR / Si l’aurore (Simone Records) ici
BOOGAT / Neo-Reconquista (Maisonnette / Bonsound) ici
BLUR / The Magic Whip (Parlophone / Warner) ici

Prenez connaissance des choix de mes collègues ici!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.